Jeux : le puzzle fait son retour en flèche grâce aux confinements

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Jeux : le puzzle fait son retour en flèche grâce aux confinements
france 2
Article rédigé par
O.Lenuzza, A.Etienne, M.Birden, R.Massini, C.Cournède, G.Vaudry - France 2
France Télévisions

Le puzzle connait une nouvelle jeunesse. Depuis un an, ses adeptes, anciens comme nouveaux, y trouveraient des vertus apaisantes et sont de plus en plus nombreux à y dédier du temps. 

Pièce après pièce, le puzzle demande un travail minutieux. Il permet surtout de se vider la tête. "Les petits, pour pas qu'ils viennent me solliciter [pendant le premier confinement], je les mettais dans un coin avec une petite activité puzzle, raconte Anne Daniel. Moi ça a permis de me seconder." Depuis, les demandes ont explosé dans l'Hexagone. "On a presque dix fois plus de commandes que d'habitude", assure Julien Vahanian, gérant de Puzzle Michèle Wilson. 

Succès confirmé  

Annabelle Desprez, de chez Ferriot Cric, un fabricant de jouets de société, se réjouit aussi : de moins de 10 000 puzzles en 2019, elle est passé à 70 000 en 2020, et a déjà atteint les 80 000 au mois de mars 2021. Pour ses nouveaux clients, le puzzle se modernise. Annabelle Desprez dévoile un modèle, qui affiche le message : "Je m'emmer*ais". "C'est une jeune femme qui a décidé de monter sa société de puzzle, parce qu'elle a trouvé que les puzzles, c'était plutôt ringard, les modèles n'étaient pas jolis, elle a décidé de faire des choses un petit peu plus fun", explique Annabelle Desprez. 

Dans les entrepôts du numéro deux de ventes en ligne, en Moselle, un million de boites ont été vendues en un an. La construction d'une usine est lancée pour recentraliser la fabrication. "Le Covid nous a apporté un gros volume de coffre d'affaires et donc de bénéfices, que l'on réinvestit (…) et qui va nous permettre de produire à peu près deux millions et demi de boites par an", explique Eric Lathière-Lavergne, président de Planet'Puzzles. 



Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.