Corse : le vivre-ensemble mis à mal par les tensions communautaires

Les derniers événements à Ajaccio illustrent une certaine montée de la xénophobie dans l'île de Beauté. Mais dans le quartier des Jardins de l'empereur, beaucoup d'habitants refusent ces divisions.

FRANCE 3

Malgré l'interdiction préfectorale, 300 manifestants se sont encore réunis ce dimanche 27 décembre à Ajaccio (Corse-du-Sud) pour réclamer des sanctions contre les individus qui ont agressé deux pompiers et un policier durant la nuit de Noël. Si aucun incident particulier n'a été relevé, des slogans racistes et xénophobes ont toutefois été à nouveau prononcés.

Le quartier des Jardins de l'empereur, sur les hauteurs d'Ajaccio, est réputé sensible. Parmi les 1 700 habitants, on trouve beaucoup de familles issues de l'immigration. Les expéditions menées par des manifestants ont choqué nombre de personnes : boîtes aux lettres saccagées, salle de prière musulmane mise à sac, exemplaires du Coran brûlés...

L'inquiétude s'installe

Pour certains Corses, ces manifestations visaient surtout à faire pression sur les autorités. Mais la crainte s'est installée dans le quartier où le vivre-ensemble régnait depuis longtemps. Beaucoup d'habitants refusent de laisser les amalgames prendre le dessus. "Ce n'est pas quatre ou cinq jeunes qui n'ont rien à faire qui vont pourrir la vie de personnes qui sont là depuis 50 ans, qui ont construit une société", assure un homme à France 3.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des Corses participent à une manifestation, à Ajaccio, le 27 décembre, après l\'agression de pompiers dans un quartier sensible de la ville.
Des Corses participent à une manifestation, à Ajaccio, le 27 décembre, après l'agression de pompiers dans un quartier sensible de la ville. (YANNICK GRAZIANI / AFP)