Cet article date de plus de trois ans.

Incendie à Saint-Denis : pour les pompiers, il y a principalement eu "un manque de vigilance"

Guillaume Fresse a réagi sur franceinfo après l'incendie de Saint-Denis qui a fait 13 blessés mardi. Il dit "comprendre la panique" mais assure que "les pompiers arrivent très vite". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) (GOOGLE MAPS)

Lors d'un incendie, comme celui de Saint-Denis mardi 25 décembre où 13 personnes ont été blessées, dont deux grièvement après avoir sauté par la fenêtre, "bien trop" d'habitants se défenestrent, a déploré mercredi sur franceinfo Guillaume Fresse, porte-parole des pompiers de Paris. "Puisque les personnes prises de panique, avec le sentiment d'être prises au piège, cherchent une issue et parfois, sautent par la fenêtre", a-t-il expliqué. "On peut comprendre la panique, mais soyez sûr que les pompiers arrivent très vite", a-t-il tenu à indiquer sur franceinfo.

franceinfo : L'immeuble faisait l'objet d'un arrêté de péril, mais sans ordre d'évacuation. Est-ce monnaie courante, dans ce type d'incendie ?

Ce qui nous semble évident suite à l'intervention, c'est qu'il y a eu un manque de vigilance principalement, puisque [lors du] feu, parti d'un studio au 1er étage, la porte était ouverte. L'occupant a quitté les lieux en laissant, a priori, toujours au conditionnel puisqu'une enquête est en cours, la porte ouverte, et donc le feu s'est propagé très rapidement dans l'ensemble de l'immeuble et aux trois étages. Ensuite, treize personnes ont été blessées. Dans n'importe quel type d'habitation, insalubre ou pas, vous pourriez être confronté à la même situation. C'est tout d'abord, à mon sens, un manque de vigilance. Il faut fermer la porte si un feu se déclare chez vous, vous devez quitter les lieux et fermer la porte derrière vous pour éviter que le feu se propage rapidement.

À la suite d'un incendie comme celui-ci, comment enquêter ?

En ce moment, le laboratoire central de la préfecture de police regarde et détermine les causes de l'enquête, d'où est parti le foyer principal, le feu. Il s'agit de scientifiques qui sont capables de déterminer les causes exactes du sinistre. En ce qui nous concerne, on a pu voir que le feu était bien parti de cet appartement du 1er étage. A l'arrivée des secours, pour nous, la difficulté, ça a été de gérer trois actions simultanées, à savoir la prise en charge des deux personnes défenestrées et gravement blessées au sol, et puis, les nombreux occupants qui étaient aux fenêtres, paniqués car prisonniers dans l'immeuble, qui ne pouvaient pas évacuer compte-tenu de la propagation via la cage d'escalier. Donc impossible pour eux d'emprunter la cage pour évacuer. Et puis, stopper l'incendie le plus rapidement possible pour éviter qu'il ne se propage aux deux immeubles voisins. Aucune piste n'est écartée, qu'elle soit criminelle ou accidentelle. Ce sera à la préfecture de police de déterminer exactement les causes et ce qui, derrière, a favorisé la propagation de ce feu.

Y a-t-il souvent des défenestrations ?

Malheureusement oui, il y en a bien trop, puisque les personnes prises de panique, avec le sentiment d'être prises au piège, cherchent une issue et parfois, sautent par la fenêtre. Ce que je tiens à rappeler, c'est que lorsqu'un feu se déclare chez vous, vous quittez votre logement et vous fermez la porte. Ensuite, si le feu s'est déclaré chez un voisin - [à Saint-Denis] c'était le cas, le feu a grignoté, pris du terrain via la cage d'escalier -, vous devez rester chez vous malgré tout, fermer la porte, mettre un linge mouillé sur le bas de la porte pour éviter d'inhaler des fumées toxiques, ouvrir la fenêtre pour aérer, rester proche de la fenêtre et vous manifester auprès des pompiers qui vont arriver dans les 5-10 minutes. Il faut malheureusement éviter de paniquer. Bien sûr, ce n’est pas évident. Là aussi [à Saint-Denis] le feu s'était propagé très, très vite, donc on peut comprendre la panique, mais soyez sûr que les pompiers arrivent très vite.

Cette période de fêtes de fin d'année est d'ailleurs propice aux incendies ?

Oui, concernant notamment les installations pendant les fêtes, des décorations de Noël, les bougies, les guirlandes qui ne sont souvent pas aux normes, les bougies proches des rideaux... Ça peut aller très, très vite surtout avec un sapin, une matière organique qui peut faire propager un feu via les rideaux, les tissus, les nappes. Les bougies sont à écarter et surtout, il ne faut pas les laisser sans contrôle. Rappelons aussi [le risque] de la surcharge des prises [électriques] multiples. Là aussi, très souvent, les départs de feu sont causés par les surcharges.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Incendies de forêt

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.