Bretagne, Isère, Lozère, Dordogne... On fait le point sur les incendies en cours en France

Depuis ce week-end, la France fait face à une série de feux de forêts qui ne sont pas encore tous maitrisés. On fait le point sur la situation.

Article rédigé par
Margaux Queffélec, avec France Bleu - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
Des incendies se sont réactivés sur les monts d'Arrée (Finistère) ce week-end.  (MATHIEU PATTIER / OUEST FRANCE / MAXPPP)

Des feux de forêts se sont déclarés dans le Mobihan, le Finistère, lsère et la Dordogne, ce week-end. Tous les incendies ne sont pas encore maitrisé, lundi 8 août au matin. Des centaines de pompiers sont toujours sur le terrain et des moyens aériens sont prêts à intervenir. On fait le point sur la situation.

Une trentaine d'incendies dans le Morbihan 

Dans le Morbihan, "à partir de midi, de nombreux départs de feux ou reprises de feux sont apparus" à Locoal-Mendon, Marzan et Surzur, après une "matinée assez calme" pendant laquelle les pompiers ont procédé à des opérations de noyage, annonce la préfecture lundi 8 août à 17h. Le pélicandrome de Meucon a été activé, et un avion Milan 77 de la Sécurité civile est sur place depuis ce lundi en fin de matinée, afin d'effectuer des largages sur les communes concernées.

La plus forte reprise de feu se trouve à Locoal-Mendon, sur le lieu-dit Kerangy, avec 50 hectares brûlés, précise la préfecture. Deux maisons ont dû être évacuées. A Marzan, où 6 hectares sont partis en fumée, le feu n'est pas fixé. L'incendie de Surzur, où 1,5 hectares ont été détruits, n'est pas non plus fixé. Les incendies d'Erdeven et de Meucon-St Avé-Monterblanc, qui ont respectivement brûlé 44 et 12,5 hectares, sont quant à eux fixés. Celui de Saint-Philibert, où 5 hectares ont brûlé, est complètement éteint ce lundi après-midi.

Une trentaines d'incendies ont touché le département du Morbihan, dans le région Vannes-Auray depuis samedi soir, où 200 hectares ont été détruits. La propagation des flammes a été facilitée par la sécheresse qui sévit sur le département et par les vents. Des incendies simultanés ont touché des espaces naturels du Morbihan, notamment sur les communes de Locoal-Mendon, Questembert et Pluvigner. Il a fallu la mobilisation de 430 sapeurs-pompiers et 120 engins. Des maisons ont été évacuées ce week-end, mais les habitants ont pu rentrer chez eux dimanche en fin de journée.  

Deux enquêtes ont été ouvertes par le parquet de Lorient : une sur l'incendie de Saint-Philibert, et une autre sur les feux d'Erdeven et de Locoal-Mendon. La piste d'un incendie déclenché par l'utilisation de pétards à Saint-Philibert est priviligiée, rapporte France Bleu Armorique. Des débris ont été retrouvés sur place et deux mineurs, âgés de 14 et 16 ans, ont été entendus après s'être rendus d'eux-mêmes à la gendarmerie : ils seront auditionnés plus longuement dans la semaine. Pour la seconde enquête, il y a encore peu d'indices pour comprendre ce qu'il s'est passé mais les enquêteurs n'excluent pas les pistes accidentelles.

Le Finistère sous surveillance 


Par ailleurs dans le Finistère, les quelques incendies qui se sont réactivés sur les monts d'Arrée samedi après-midi, sont fixés, deux semaines après les feux qui ont détruit près de 1 800 hectares de végétation au même endroit. Ces reprises de feux ont brûlé près de 250 hectares de végétation. Mais le maire de Saint Rivoal, invité de franceinfo ce lundi matin, craint “la combinaison entre fortes températures et hausse du vent"

Trois secteurs restent sous surveillance. La commune de Saint-Rivoal, mais aussi la commune de Brasparts, où un feu, qui a détruit 225 hectares de végétation, est "fixé mais non maîtrisé", indique la prefecture du Finistère sur Twitter. Sur la commune de Brennilis avec au moins 15 hectares qui ont été touchés par les flammes : "Le feu est fixé mais sous surveillance", indique la préfecture du Finistère sur Twitter. 260 pompiers, appuyés par des moyens aériens, ont été mobilisés. Au total, plus de 400 hectares ont brûlé en Bretagne, rappportent France Bleu Breizh Izel et France Bleu Armorique.

Des incendies de moindre ampleur dans les Côtes d'Armor

Il y a également eu des incendies de moindre ampleur dans les Côtes-d’Armor, à Pordic et Perros-Guirec. À Perros-Guirec, l'incendie a touché 1 000 m2 de landes. À Pordic, l'incendie a brûlé un hectare. La piste criminelle est envisagée.

Le massif de la Chartreuse en feu en Isère

L'incendie qui s'est déclaré sur les contreforts de la Chartreuse en Isère vendredi soir, après un impact de foudre, "progresse lentement", indique la préfecture dans un communiqué lundi 8 août dans l'après-midi. Le feu est "poussé par un vent de nord-ouest de 30 km/h, forcissant jusqu’à 22h00, avec une température de 32°C", précise la préfecture de l'Isère. Il progresse sur "une partie non-habitée des communes de Voreppe et de La Sure-en-Chartreuse, à 620 mètres d’altitude à flanc de montagne", dans une zone boisée. A La Buisse, les flammes brûlent toujours mais ne progressent plus.

Selon un dernier bilan des pompiers rapporté par France Bleu Isère lundi 8 août au matin, 80 hectares de végétation ont brûlé. "Une nouvelle méthode est employée" ce lundi après-midi : "Le brûlage dirigé, le long de la RD 520, pour créer une barrière d’arrêt au feu", annonce la préfecture. Cette route, ainsi que la RD 1075, restent fermées à la circulation. 308 pompiers sont mobilisés ce lundi après-midi avec 80 engins, dont 2 hélicoptères bombardiers d’eau qui ont effectué 44 largages. Cinq colonnes de renforts du Rhône, de la Savoie, de la Haute-Loire, du Puy-de-Dôme, de l’Allier et du Cantal sont sur place, ainsi que des pompiers aéroportés des Bouches-du-Rhône.

"On ne déplore aucun blessé à ce stade parmi la population. Trois sapeurs-pompiers ont été légèrement blessés en intervention", ajoute la préfecture ce lundi après-midi. Aucune habitation ni entreprise ne sont actuellement menacées. Les habitants d'une trentaine de maisons ont dû quitter au moins momentanément leur maison ce lundi après-midi, selon France Bleu Isère. 140 personnes avaient déjà été évacuées dimanche. Ce matin, les hameaux évacués ne sont plus menacés par les flammes mais "il y a des roches qui se détachent avec l'action du feu", menaçant de dévaler les pentes vers les habitations en contrebas, explique le colonel des pompiers Bertrand Cassou.

200 hectares ravagés en Lozère

Un incendie s'est déclaré le 8 août en fin d'après-midi sur la commune du Massegros Causses Gorges, en Lozère, rapporte France Bleu Gard Lozère. A 21h30, "250 hectares" de forêt ont été ravagés, a annoncé le maire de la commune Jean-Paul Pourquier sur franceinfo. "Nous sommes en haut des Gorges du Tarn, sur un plateau très boisé et donc très difficile d'accès", a précisé l'élu, ajoutant que "toutes les habitations ont pu être protégées, mais le feu est encore en cours sur de la végétation très dense. Je ne pense pas qu'on pourra l'arrêter cette nuit".

Selon les premières constatations, il y a eu trois départs de feu provoqués par un engin agricole "qui circulait sur la route. Une partie de son matériel est tombée, ce qui a provoqué des étincelles et allumé plusieurs feux sur 6 ou 7 kilomètres", a expliqué le maire Jean-Paul Pourquier.

"Deux" départs de feu "ont été rapidement maîtrisés. Pas le troisième", a également indiqué Alain Guesdon, directeur départemental des services d'incendie et de secours de la Lozère, à France Bleu Gard Lozère. 140 pompiers et trois Canadair sont mobilisés, ainsi que deux avions Dash. Aucune victime n'est à déplorer.

Deux incendies fixés en Dordogne 

Les deux incendies, qui se sont déclarés dimanche en fin d'après-midi en Dordogne, sont fixés ce lundi, a appris France Bleu Périgord auprès de la préfecture de la Dordogne. Les pompiers avaient annoncé 110 hectares brûlés mais après une évaluation par drone, la préfecture a revu son bilan à la baisse. Elle estime que 86 à 88 hectares de la forêt de pins et de résineux de la Double ont été détruits.

À la Roche-Chalais, où a lieu le plus gros incendie, 80 pompiers restent sur place ce lundi, selon le maire Jean Michel Sautreau. Il n'y a pas eu de blessés et un "travail d'investigation va continuer pour trouver l'origine de ces incendies", conclut l'édile. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Incendies de forêt

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.