Réintégration des évacués de la rue de Tivoli à Marseille : "Les personnes devront être accompagnées", souligne la présidente de l'association "Marseille en colère !"

Au total, 43 immeubles avaient dû être évacués après l'effondrement qui a tué huit personnes, dimanche 9 avril.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
La rue de Tivoli, à Marseille, mardi 11 avril 2023. (VALLAURI NICOLAS / MAXPPP)

"Il y a des familles qui vont avoir peur de rentrer chez elles et c'est là qu'il faut un accompagnement", a expliqué ce vendredi sur franceinfo Kaouther Ben Mohamed, présidente de l’association "Marseille en colère !", alors que 138 des 302 évacués de la rue de Tivoli rentrent chez eux, 20 jours après l'effondrement des immeubles.

franceinfo : Les habitants rentrent-ils rassurés ?

Kaouther Ben Mohamed : C'est un soulagement, mais les personnes devront être accompagnées. On rentre à son domicile, mais dans un périmètre de sécurité qui est encore viable et valable. Il va y avoir des barricades de partout, les bâtiments sont soutenus par des étais qui sont énormes et nombreux. Il y a encore le souvenir. Le traumatisme est là, il est présent. On va réintégrer son domicile, mais ce n'est pas celui qu'on a quitté. Les vitres sont à terre, les fissures sont là, il y a de la nourriture pourrie, des odeurs. Donc, les gens doivent être accompagnés. Il va y avoir une vraie bataille avec les assurances parce que souvent, ce type de dégâts n'est pas couvert par les assurances.

"Le combat administratif va commencer"

Kaouther Ben Mohamed

à franceinfo

Des inspections ont été faites. Cela a pris trois semaines, est-ce une durée normale ?

C'est normal parce que le périmètre était large. Il vaut mieux prendre trois semaines. On a déjà eu ce cas dans le passé de réintégrer des personnes à la hâte et de le réévacuer la semaine qui suit. De ce côté-là, la mairie a assuré. Je les salue de prendre la mesure de cette catastrophe et les potentiels dangers. Il faut être prudent, prendre le temps d'expertiser voire de contre expertiser les habitations où il y a un doute avant de réintégrer les familles.

Quel est l'état d'esprit des habitants ?

Il y a des familles qui vont avoir peur de rentrer chez elles et c'est là qu'il faut un accompagnement de professionnels de santé, mais aussi du bâtiment, avec des architectes qui vont les rassurer. On est sur un traumatisme humain important et il va falloir qu'ils sécurisent et accompagnent les familles pour qu'elles réintègrent leur domicile en ayant confiance. Il va vraiment falloir les rassurer.

"Il y a des bâtiments où les expertises et la sécurisation prendront des années"

Kaouther Ben Mohamed

à franceinfo

Qu'en est-il pour les autres familles ?

C'est du temporaire. C'est du cas par cas quotidien. Il y a des bâtiments qui ne seront pas réintégrés, c'est impossible. Je pense aux numéros 19, 11, à l'angle de la rue de Tivoli. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.