Rave-party à Redon : les forces de l'ordre ont évacué les fêtards

Des violences avaient éclaté alors que les gendarmes tentaient d'empêcher l'installation de cette fête illégale. Un jeune homme a perdu une main.

Article rédigé par
Avec France Bleu Armorique - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des gendarmes en poste à Redon (Ille-et-Vilaine), lieu de l'installation d'une rave-party le 18 juin 2021. (LOIC VENANCE / AFP)

Peu après 17 heures, samedi 19 juin, les forces de l'ordre ont évacué le site de la rave-party illégale qui continuait de se tenir à Redon, en Ille-et-Villaine. Ils ont notamment utilisé des gaz lacrymogènes, a rapporté France Bleu Armorique. Les fêtards se sont enfuis à travers champs. Deux hélicoptères sont mobilisés pour leur recherche. 

Des affrontements entre fêtards et gendarmes ont éclaté vendredi soir. Les forces de l'ordre tentaient d'empêcher l'installation de cette fête sauvage à l'hippodrome de Redon. Cinq hommes ont été placés en garde à vue et une enquête a été ouverte par le procureur de la République de Rennes "relative aux violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique", samedi. Deux autres enquêtes judiciaires sont en cours. La première pour blessures involontaires sur un des fêtards, qui a perdu une main. L'autre relative à l'organisation de la rave-party. 

>> Rave-party à Redon : suivez la situation en direct

Entre 1 000 et 1 500 participants s’étaient réunis dès 19 heures vendredi soir. À leur arrivée sur place, les gendarmes ont été accueillis par des jets de projectiles, des boules de pétanques et des cocktails Molotov. "Des heurts d'une extrême violence ont duré une grande partie de la nuit, pendant plus de sept heures", a assuré samedi matin Emmanuel Berthier, préfet d'Ille-et-Vilaine, qui précise qu'un "arrêté d'interdiction" avait été pris. "Cette nuit, la gendarmerie avait clairement l’impression qu’elle avait, face à elle, des gens qui avaient un objectif : en découdre avec la force publique. Je demande aux participants de quitter les lieux", a martelé le préfet.

Un jeune homme gravement touché à la main

Plusieurs personnes ont été blessées. Un homme de 22 ans a eu une main arrachée, a appris France Bleu Armorique auprès des pompiers. Il s'est rendu par ses propres moyens à l'hôpital de Redon. Une enquête a été ouverte, confiée au parquet de Rennes, qui doit "faire la lumière sur ce dramatique accident", a indiqué le préfet d'Ille-et-Vilaine. Un autre participant a été blessé. La gendarmerie indique de son côté avoir au moins cinq blessés. Environ 350 gendarmes étaient toujours mobilisés samedi midi.

L'ONG Reporters sans frontières a par ailleurs dénoncé "le tir délibéré de LBD" sur le journaliste indépendant Clément Lanot, qui suit depuis le début de la nuit les affrontements à Redon. Ce dernier était "bien identifiable en tant que journaliste", a souligné RSF, qui demande également à la préfecture de "permettre aux journalistes de rendre compte des opérations des forces de l'ordre" au nom de la liberté de la presse.

Une autre grosse rave-party s'était tenue lors du réveillon dernier à Lieuron, à une trentaine de kilomètres de Redon. Elle avait réuni 2 400 personnes au plus fort de la fête, 1 600 avaient été verbalisées au moment de la dispersion du rassemblement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.