Cet article date de plus d'un an.

Gironde : un homme soupçonné d'avoir agressé des soignants dans une clinique a été interpellé

Lors de son examen médical, ce patient a renversé un brancard et pris un pied à perfusion pour s'en servir comme arme. Un brancardier a eu le nez fracturé, d'autres soignants ont été touchés au thorax ou au crâne.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Après cette agression, la clinique de Lesparre-Médoc a fonctionné en mode dégradé durant la nuit de mardi à mercredi. Photo d'illustration. (LOU BENOIST / AFP)

Un homme soupçonné d'avoir frappé plusieurs soignants et une patiente de la clinique de Lesparre-Médoc, au nord-est de Bordeaux, a été interpellé par les gendarmes mardi 10 janvier, a appris France Bleu Gironde auprès des gendarmes et de l'établissement. Il a été hospitalisé en psychiatrie au centre hospitalier Charles Perrens, à Bordeaux.

Ce patient, âgé d'une quarantaine d'années, attendait pour passer un scanner lorsque les médecins l'ont trouvé agité et ont alors décidé de le sangler sur un brancard. Lors de l'examen médical, il a renversé un brancard et pris un pied à perfusion pour s'en servir comme arme. Il a blessé cinq personnes dans les couloirs des urgences. Il a fallu faire intervenir les gendarmes pour maîtriser cet homme atteint de troubles du comportement.

Nez fracturé et points de suture

Selon la direction de la clinique, contactée par France Bleu Gironde, un brancardier a eu le nez fracturé et une aide-soignante a été touchée au thorax. Un infirmier, un médecin et une patiente ont aussi été agressés. Certains ont été blessés au crâne et ont eu besoin de points de suture. Une cellule psychologique a été mise en place dans l'établissement pour accompagner le personnel.

Après cette agression, la clinique a fonctionné en mode dégradé durant la nuit de mardi à mercredi : seules les urgences vitales étaient assurées, la plupart des patients ont été redirigés vers d'autres cliniques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.