Génocide arménien : le négationnisme turc

Le centenaire du "génocide" arménien était commémoré vendredi 24 avril. La Turquie de son côté se refuse toujours à reconnaitre le "génocide". La question reste toujours extrêmement sensible dans ce pays.

FRANCE 3

Le quotidien "Jamanak", le plus vieux journal arménien de Turquie est l'un des seuls à parler ouvertement du "génocide" de 1915. Une liberté de ton gage d'une certaine évolution du pays selon son directeur. "La Turquie commence à se libérer du tabou arménien. Les pouvoirs publics ne reconnaissent pas officiellement ce qu'il s'est passé, mais ils ont fait récemment des pas en avant", confie au micro de France 3, Ara Kocunyan.

Un négationnisme officiel

Le pays reste cependant dans le déni. Très peu d'ouvrages y sont consacrés. Un "génocide" passé également sous silence dans les manuels d'histoire à l'école. Ce négationnisme officiel, on le retrouve aussi dans les rues d'Istanbul. "Je ne sais pas grand-chose de l'histoire, mais je devine que ce n'est pas arrivé", déclare une passante.
"Pour la Turquie, la reconnaissance du 'génocide' arménien représenterait une révision déchirante sur le plan moral, mais aussi sur le plan matériel. Le pays devrait alors restituer aux Arméniens les terres et les propriétés confisquées à leurs ancêtres après 1915", précise Régis Nusbaum, envoyé spécial en Turquie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des femmes dans la cathédrale d\'Etchmiadzin, à une vingtaine de kilomètres d\'Erevan (Arménie), lors de la cérémonie de canonisation de victimes du génocide arménien.
Des femmes dans la cathédrale d'Etchmiadzin, à une vingtaine de kilomètres d'Erevan (Arménie), lors de la cérémonie de canonisation de victimes du génocide arménien. (KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP)