Génocide arménien : le déni turc

Les gouvernements turcs successifs n'ont jamais voulu reconnaître le génocide arménien. Le sujet reste sensible en Turquie, y compris dans la population. Reportage de France 3.

FRANCE 3

Le quotidien "Jamanak", plus vieux journal arménien de Turquie est l'un des seuls a parler ouvertement du génocide arménien de 1915. Une liberté de ton, gage d'évolution du pays pour son directeur : "La Turquie commence à se libérer du tabou arménien, explique Ara Kocunyan au micro de France 3. Les pouvoirs publics ne reconnaissent pas officiellement ce qu'il s'est passé. Mais ils ont fait récemment des pas en avant."

Le pays reste toutefois dans le déni, très peu d'ouvrages y sont consacrés tout comme dans les manuels scolaires où les événements de 1915 sont contenus dans un seul paragraphe. Ce négationnisme officiel se retrouve dans les rues d'Istanbul lorsque les Turcs sont interrogés sur la question. "D'après moi, il n'y a pas eu de génocide arménien, car nous les Turcs on ne fait pas de discrimination", témoigne un jeune homme.

Rendre les terres

Les nationalistes d'extrême droite se livrent eux à une réécriture de l'histoire. "On ne peut pas parler de génocide", ajoute Mustafa Destici, président du parti BBP (parti de la grande union).

Si la Turquie reconnaissait le génocide, elle devrait restituer aux Arméniens les terres et les propriétés, confisquées après 1915.

Le JT
Les autres sujets du JT