Gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme : une ancienne compagne du forcené avait déposé trois plaintes, classées sans suite

L'avocat de l'ancienne épouse de Frédérik Limor dénonce un dysfonctionnement de la justice. 

Article rédigé par
avec France Bleu Drôme Ardèche - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Devant la gendarmerie d'Ambert dans le Puy-de-Dôme, le 23 décembre 2020, après la mort de trois gendarmes lors d'une opération. (OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP)

L'ex-épouse de Frédérik Limol, le forcené qui a tué trois gendarmes à Saint-Just dans le Puy-de-Dôme, avait déposé au moins trois plaintes qui ont été classées sans suite, indique son avocat à France Bleu Drôme Ardèche. Cette précédente compagne, habitante de Privas en Ardèche, avait divorcé de cet homme. Elle avait  eu un enfant avec lui. Son avocat, Maître Wissam Bayeh dénonce un dysfonctionnement de la justice.

"Un comportement harcelant" de l'ex-compagnon

"Elle dépose plainte pour menace de mort, tout en alertant sur le fait qu'il était armé. On ne juge même pas utile d'envoyer un ou deux gendarmes enquêter, voir ce qui se passe chez lui, même pas une enquête préliminaire, rien !", s'agace Maître Wissam Bayeh, avocat de l'ex-femme de Frédérik Limol. Sa cliente "s'est retrouvée comme beaucoup de femmes, dans un angle mort : soit vous arrivez avec des bleus de partout et on vous entend, soit vous avez l'air bien propre sur vous et on vous demande pourquoi vous venez déposer plainte", raconte-t-il à France Bleu.

L'avocat raconte que Frédérik Limol avait "un comportement harcelant, disant 'je vais te pourrir la vie, je te laisserai pas tranquille'" et qu'il "multipliait les procédures et les plaintes" envers son ex-compagne, avec laquelle il avait eu un enfant. "Rien qu'entre 2019 et 2020, il avait déposé pas moins de trois plaintes au pénal, auprès du procureur de la République. C'est le comble, c'est elle qui souffre et c'est lui qui dépose plainte. Il a fini par la faire citer directement devant le tribunal correctionnel pour non présentation d'enfant", affirme Maître Wissam Bayeh.

Sous protection policière

L'ex-épouse est aujourd'hui sous protection policière, précise France Bleu, après qu'un groupuscule nazi a célébré les meurtres de son ex-mari, la pointant comme responsable de son passage à l'acte. Sur le site internet de ce groupe, l'homme est décrit comme un "héros" qui accusait son ex-femme d'avoir voulu le "détruire".

Le procureur de la République de Clermont-Ferrand avait indiqué que Frédérik Limol était "un catholique très pratiquant, voire extrémiste", adepte des stages de "survivalisme" et persuadé de l'arrivée prochaine de la fin du monde.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.