Cet article date de plus de neuf ans.

Fugueuses à Notre-Dame-des-Landes : les parents de Camille portent plainte

La famille de Camille, l'une des deux lycéennes du Puy-en-Velay, récupérée samedi soir à Notre-Dame-des-Landes, a déposé une plainte pour coups et blessures. Les parents de l'adolescente accusent des occupants du site du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes de les avoir agressés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Récupérer Camille n'a pas
été aussi aisé qu'il n'y paraissait, pour la famille de l'adolescente. Les
parents de la jeune fugueuse, retrouvée samedi à Notre-Dame-des-Landes, ont
déposé une plainte pour "coups et blessures avec armes ", a
annoncé le père de Camille, Michel Lauran.

Selon le récit des
parents, lorsque l'adolescente est montée dans la voiture pour rentrer chez
elle, "un homme caché derrière bonnet et écharpe a hurlé "Alerte !
Enlèvement d'enfant !", et ont surgi des individus cagoulés armés de bâtons
et d'une pelle
". Le père et la mère de Camille, mais aussi son frère,
également présent, auraient été violentés. "C'était absolument affreux.
C'était extrêmement violent. Nous avions l'impression qu'ils étaient là pour
casser sans retenue
" affirme la mère de Camille, Dominique.

"Les forces de
l'ordre ne peuvent pas intervenir pour raison politique, c'est scandaleux
"

Dans un communiqué commun
publié ce vendredi, les familles des deux jeunes filles ont reproché aux forces
de l'ordre de ne pas être intervenues sur place. "Est-ce normal, dans
un Etat de droit, que ce soient les parents qui soient obligés de prendre des
risques pour aller récupérer leurs enfants ?
", demande le communiqué.
Et d'ajouter : "on nous signifie que les forces de l'ordre ne peuvent
pas intervenir, pour raison politique, je trouve ça scandaleux
".

Dès dimanche, le procureur
de la République du Puy-en-Velay avait fait savoir que la famille Lauran
comptait porter plainte. Un opposant à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, présent lors du départ de Camille et de sa famille, dément toute agression physique, mais reconnaît que la situation avait été tendue.

Les deux jeunes filles ont désormais regagné leurs
familles respectives : Geneviève, la plus jeune des deux fugueuses qui se disent
anarchistes, a décidé jeudi de rentrer chez elle.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.