Eure : après la découverte de huit grenades en un an, le maire d'Acquigny interdit la pêche à l'aimant et la baignade

En raison du risque d'explosion de grenades, la commune a pris des mesures de sécurité pour réglementer l'accès à la rivière Eure.

Pêche à l\'aimant, à Paris, le 1er juin 2019 (photo d\'illustration)
Pêche à l'aimant, à Paris, le 1er juin 2019 (photo d'illustration) (MAXPPP)

En l'espace d'un an, huit grenades de la Seconde Guerre mondiale ont été repêchées dans la rivière Eure, à Acquigny, au nord d'Évreux (Eure). Par précaution, le maire de la commune a publié début août un arrêté municipal pour interdire la baignade, la pêche à l'aimant et l'accostage des canoës, rapporte lundi 12 août France Bleu Normandie.

La dernière grenade retrouvée a été repêchée le 30 juillet. Les démineurs l'ont fait exploser sur place. C'est un jeune qui l'avait découverte le 10 juillet en pêchant à l'aimant, une pratique qui permet notamment de dépolluer les rivières. "Une grenade, si elle explose, a un rayon de 60 mètres", a précisé le maire d'Acquigny, Patrick Collet.

Un arrêté en vigueur plusieurs semaines

"Les jeunes qui viennent pêcher ne lisent pas les panneaux. Ils ont une quinzaine d'années et ne sont pas conscients du problème", a déploré l'élu. Des riverains interrogés par France Bleu Normandie assurent prendre très au sérieux cet arrêté. "Désormais on s'interdit de se baigner. Cela peut être extrêmement dangereux", témoigne l'un des habitants.

L'arrêté municipal restera en vigueur plusieurs semaines, jusqu'aux opérations d'exploration, de sécurisation du site et de dragage. Elles sont prévues le 20 ou 21 août, ainsi qu'en septembre.