Essais cliniques "sauvages" à Poitiers : le professeur Jean-Bernard Fourtillan interpellé dans le Cantal

Jean-Bernard Fourtillan est poursuivi pour l’organisation illégale d'essais thérapeutiques à l'abbaye de Sainte-Croix, près de Poitiers.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'abbaye de Sainte-Croix, à Saint-Benoit. (PLAVAUD / MAXPPP)

Le professeur Jean-Bernard Fourtillan a été interpellé ce jeudi 15 avril dans le Cantal, a appris franceinfo samedi 17 avril, confirmant une information de La Montagne. Poursuivi pour l’organisation illégale d'essais thérapeutiques à l'abbaye de Sainte-Croix, près de Poitiers, Jean-Bernard Fourtillan était sous contrôle judiciaire. Une mesure que l'ancien pharmacien n'a pas respectée, comme le révélait la Cellule investigation de Radio France en février dernier. Un mandat d'arrêt avait donc été émis à son encontre.

>> Essais thérapeutiques sauvages : le professeur Fourtillan persiste, malgré sa mise en examen

De 2018 à 2019, dans une abbaye près de Poitiers, il a recruté 400 patients, atteints de Parkinson ou d'Alzheimer, pour leur appliquer des patchs contenant deux molécules proches de la mélatonine, hormone fréquemment utilisée pour mieux dormir, supposée les guérir de leur maladie. Ceux-ci devaient également arrêter leur traitement.

Après l'interdiction de l'Agence du médicament (ANSM) de poursuivre ces essais cliniques "sauvages", le professeur Fourtillan a réitéré ses appels aux dons, promettant à ses patients que des patchs seront "distribués en pharmacie, et remboursés par la Sécurité sociale". Malgré sa mise en examen, prononcée le 11 mars 2020, le professeur Fourtillan lance de nouveaux appels aux dons dès le 15 mars.

Jean-Bernard Fourtillan s'est également fait remarquer dans le documentaire "Hold-Up", où il assure qu'un brevet avait déjà été déposé sur "les tests pour détecter la maladie Covid-19, le 13 octobre 2015" et que le virus "a été fabriqué par l'Institut Pasteur".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.