Le père de Chloé raconte l’enlèvement de sa fille

Lors d'une conférence de presse, le père de la jeune fille enlevée la semaine dernière a révélé ce que lui avait raconté sa fille.

Violette et Jesus Rodriguez, les parents de Chloé, le 17 novembre 2012.
Violette et Jesus Rodriguez, les parents de Chloé, le 17 novembre 2012. (PASCAL GUYOT / AFP)

CHLOE -  Le père de Chloé Rodriguez, l'adolescente enlevée il y a une semaine dans le Gard et retrouvée saine et sauve vendredi en Allemagne, a fait le récit samedi 17 novembre de l'enlèvement de sa fille. L'adolescente de 15 ans a été rapatriée samedi en France.

"Un individu s'est arrêté devant notre porte, il l'a prise par force. Elle nous a dit qu'elle avait réussi à avoir un dialogue avec ce monsieur, elle obéissait à tous ses ordres", a déclaré le père lors d'une conférence de presse organisé, dans une salle du village de Barjac (Gard). "Elle nous a dit: 'Je ne l'ai jamais contrarié pour ne pas me mettre en péril'. Elle n'a jamais essayé de se sauver pour ne pas risquer de tomber et perdre la vie", a-t-il poursuivi, en précisant qu'elle n'avait "pas de coups, de marques physiques".

Francetv info

"Je pense que ça n'a pas été prémédité"

La jeune fille avait disparu vendredi 9 novembre dans la soirée. "Je pense que ça n'a pas été prémédité. C'est un acte insensé", a estimé le père. Il a expliqué que sa fille se trouvait dans le coffre quand son ravisseur et elle-même étaient en zone urbaine, sinon dans la voiture. Selon ses parents, Chloé ne leur a pas encore tout raconté, expliquant qu'elle leur confiait "des flashs", alors que des zones d'ombre subsistent sur ce qui s'est passé depuis sa disparition il y a une semaine.

Quand il a retrouvé sa fille, son père a été "époustouflé par son sang-froid et sa détermination". "Je m'attendais à voir une enfant anéantie, je vais vous choquer mais c'est comme si elle rentrait de vacances". "Elle était très déterminée, elle connaît le numéro de la plaque par coeur, elle a mémorisé tout un tas de choses, la description de la voiture", a-t-il insisté.

Pour l'adolescente, le retour à la réalité est cependant "très dur". "Elle s'est forgée une carapace", a confié sa mère, qui la juge "émotionnellement et physiquement fatiguée" et rappelle que "ce n'est qu'une enfant: elle a beaucoup, beaucoup pleuré".