L'interpellation du ravisseur du petit Osnachi, enlevé à Marseille et retrouvé à Valence, a eu lieu "sans violence et sans usage de la force"

Invité sur franceinfo lundi 6 mai, le commandant Bourrelly revient sur l'interpellation du ravisseur du petit Osnachi, retrouvé sain et sauf dans un hôtel de Valence, dans la Drôme.

Valence, dans la Drôme.
Valence, dans la Drôme. (GOOGLE MAPS)

Le commandant de police Claude Bourrelly, chef d'état-major à la direction départementale de la sécurité publique de la Drôme, a détaillé lundi 6 mai sur franceinfo les circonstances dans lesquelles le petit Osnachi a été retrouvé sain et sauf dimanche dans un hôtel de Valence, suite à l'alerte enlèvement déclenchée dimanche soir. L'interpellation du ravisseur s'est passée "sans violence, sans usage de la force", et l'enfant, "qui somnolait dans la chambre" ne "semblait pas blessé".

L'alerte enlèvement met les policiers sur la piste de l'enfant et de son ravisseur

C'est grâce à la vigilance d'une cliente de l'hôtel que les policiers ont pu rapidement retrouver la trace de l'enfant de deux ans, enlevé plus tôt dans la journée à Marseille. Cette cliente, arrivée à l'hôtel en même temps que le ravisseur et le petit Osnachi, n'a pris connaissance de l'alerte enlèvement qu'une fois remontée dans sa chambre. Sur l'image diffusée par les télévisions, elle croit reconnaître l'enfant et en parle immédiatement au veilleur de nuit de l'hôtel. Ils visionnent alors les images de vidéo surveillance de l'hôtel, qui confirment la ressemblance.

Le réceptionniste contacte alors la police de Valence, qui intervient quelques minutes plus tard. "On s'est fait ouvrir la chambre avec le pass de l'hôtel. Lorsqu'il a vu les policiers, l'individu a tenté juste de refermer la porte, sans y parvenir, puis l'interpellation s'est passée sans violence, sans usage de la force", relate le le commandant de police Claude Bourrelly.

Il s'est présenté comme étant le père génétique de l'enfant, puis a livré des explications un peu farfelues, comme quoi il était monté sur Valence pour rechercher la mère.Cdt Bourrellyà franceinfo

"Il nous a présenté une carte d'identité, on a vu que c'était un individu de 24 ans originaire de Marseille", ajoute le policier. 

L'enfant "ne semblait pas blessé physiquement"

Quand les policiers ont ouvert la porte de la chambre, ils ont constaté aussi que le garçon de deux ans semblait aller bien. "Il somnolait, sur le lit de la chambre, détaille Claude Bourrelly. Il était habillé et ne semblait pas blessé, en tout cas physiquement. Par contre il ne répondait absolument pas à nos questions." L'enfant a été transporté et mis en sécurité au service pédiatrique du centre hospitalier de Valence.

Selon l'office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) qui supervise le plan alerte enlèvement, et qui répond au 197, le numéro d'urgence spécialement mis en place, 133 messages téléphoniques et neuf mails ont été reçus en deux heures dimanche, pendant que l'alerte était diffusée. Mais le coup de téléphone qui a permis de retrouver l'enfant a été reçu directement par la police de Valence, le veilleur de nuit ayant appelé le 17, et non pas le 197.