Effondrement d'immeubles à Marseille : la fondation Abbé Pierre se porte partie civile

Après  l'effrondrement de trois immeubles à Marseille, en novembre dernier, la fondation Abbé Pierre a annoncé mercredi matin sur franceinfo qu'elle se porterait partie civile pour "passer à la vitesse supérieure".

Panneaux d\'information aux sinistrés rue d\'Aubagne à Marseille, à proximité du 65 rue d\'Aubagne où des immeubles se sont effondrés.
Panneaux d'information aux sinistrés rue d'Aubagne à Marseille, à proximité du 65 rue d'Aubagne où des immeubles se sont effondrés. (ALEXANDRE BARLOT / FRANCE-INFO)

La fondation Abbé Pierre "va se porter civile dans l'information judiciaire contre X qui a été lancée"  après l'effondrement de trois immeubles à Marseille, en novembre dernier, a annoncé mercredi matin sur franceinfo son délégué général, Christophe Robert. Le drame avait fait 8 morts.

franceinfo : Qu'est-ce que vous souhaitez aujourd'hui ?

Nous on appelle aujourd'hui le gouvernement à la mise en place d'un grand plan national. On appelle les collectivités territoriales à se mobiliser. Il faut qu'on se fixe des objectifs sur tous les territoires où l'habitat indigne est présent. Il y a un atlas du parc potentiellement indigne. À partir de ça, on peut travailler, mais il faut se fixer des objectifs, développer des moyens conséquents depuis l'Etat pour aider les collectivités locales qui n'arrivent pas à résoudre ce problème. Il faut que les territoires, les départements, les agglomérations, les villes, se dotent de moyens importants avec des compétences pour lutter contre l'habitat indigne. Quand on a mis la loi SRU [relative à la solidarité et au renouvellement urbain] en place, il y a 15 ans, on a réussi à faire construire du logement social dans des villes qui n'en voulaient pas.

>> TRIBUNE. La Fondation Abbé-Pierre appelle à un grand plan national de lutte contre l’habitat indigne

Quand on a fait le plan national de lutte contre la précarité énergétique on a réussi à s'attaquer au problème. Il faut de l'ambition, la contractualisation entre l'Etat et les collectivités territoriales. Il ne faut plus laisser les personnes à l'abandon comme ça. Si vous avez une bonne loi, mais que personne ne la connaît ou que personne ne peut la faire valoir vous n'arriverez pas à éradiquer l'habitat indigne, à lutter contre les marchands de sommeil. Il faut bien comprendre que c'est un travail de fourmi aux côtés des habitants qui souffrent de l'habitat indigne.

Qu'allez-vous faire exactement ?

Il faut qu'on aide les personnes directement, celles qui sont sans solution. Les personnes qui ont été délogées se retrouvent dans des hôtels d'urgence ou des hébergements d'urgence sans savoir ce qu'elles vont advenir dans un mois, deux mois ou trois mois et que cela fait de la concurrence avec les sans-abri pendant la période hivernale. On est dans une situation de crise majeure, il faut des réponses en urgence. Apporter des réponses en termes d'accès au droit parce que ce sont des législations qui sont compliquées. Les personnes en savent pas quelle sont les aides auxquelles ils ont droit, comment ils peuvent attaquer les marchands de sommeil pour se positionner sur la liste des demandeurs de logements sociaux.

On va aller plus loin, on va se porter civile dans l'information judiciaire contre X qui a été lancée face à cette catastrophe de Marseille. On va se mobiliser dans les années à venir avec un avocat pénaliste, Maître Daoud, parce qu'on ne peut pas se laisser faire comme ça. Il faut qu'on passe à la vitesse supérieure. Il faut vraiment que le ministre [du Logement] s'engage dans un plan national contractualisé avec les collectivités locales. C'est pour nous un acte politique très fort du conseil d'administration de la Fondation Abbé Pierre. On l'a fait récemment contre des marchands de sommeil.

L'effondrement de ces trois immeubles à Marseille a-t-il été le déclencheur pour qu'on se rende compte de la situation de millions de Français ?

C'est l'enjeu. Cette catastrophe innommable, avec des conséquences considérables sur le fait que 8 personnes soient mortes mais aussi sur le fait que 1 600 personnes ont été évacuées sans avoir de solution pour le moment, est insupportable. Il faut vraiment qu'on prenne la mesure de ces 600 000 logements indignes dans le pays qui touchent à peu près 1 million de personnes. C'est trop de souffrance silencieuse, trop de personnes qui ne savent pas se sortir de cette impasse. L'habitat indigne, le mal-logement, tue, rend malade, crée de l'échec scolaire, de l'éviction sociale de toute une partie de la population sans que nous réagissions à la hauteur du fléau que représente cet habitat indigne. Maintenant, il faut qu'on passe à la vitesse supérieure, il faut vraiment qu'on réagisse collectivement, l'Etat, les collectivités territoriales pour apporter des réponses à toutes ces souffrances silencieuses.

Sept experts sont passés dans les immeubles qui se sont effondrés. Qu'est ce qui n'a pas fonctionné ?

Il y avait un rapport en 2015 qui montrait qu'il y avait 40 000 logements à Marseille qui étaient occupés dans des conditions dangereuses pour la santé, pour les personnes. Des personnes qui n'avaient pas d'autres choix parce qu'ils n'avaient pas trouvé chaussure à leur pied sur le marché du logement. Donc, ce sont les pauvres et les modestes qui subissent ce logement trop cher, ce logement pourri, parce qu'il faut bien se mettre un toit sur la tête à un moment donné. Donc, oui nous savons, oui nous les connaissons ces 600 000 logements indignes, oui nous avons la capacité d'agir, juridique, avec des moyens incitatifs, coercitifs. C'est là où il faut que l'on passe à la vitesse supérieure. Parmi les 600 000 logements indignes, la moitié sont des locataires, la moitié sont des propriétaires occupants qui n'ont pas pu faire des travaux. Il faut qu'on se donne les moyens d'aller au-devant de ces personnes.