Cet article date de plus de sept ans.

Eau non potable dans une colonie : "Inimaginable", pour un parent

Après la mort d'un enfant, en colonie de vacances dans les Pyrénées, les parents s'inquiètent. Si c'est l'eau non potable qui est à l'origine du drame, pourquoi ne pas avoir fermé la structure plus tôt ? Et surtout, pourquoi ne pas avoir alerté les parents ? La consommation d'eau potable était sous surveillance depuis le 3 juillet...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le centre de vacances Le Saint Bernard d'Ascou, en Ariège, hier  © MaxPPP)

Polémique en vue : depuis le 3 juillet, l'Agence régionale de santé avait restreint la consommation d'eau potable sur le point de captage d'Ascou, une source située en plein pâturage. Le Syndicat de l'eau avait distribué des bouteilles aux centres de vacances le 4 juillet au matin, et a réapprovisionné la colonie le 5 juillet.

Pourquoi ne pas avoir, dès cette période, décidé de fermer la colonie ? Certains parents s'en émeuvent publiquement.

Vincent, le père d'un des enfants à l'hôpital, dénonce des conditions sanitaires dégradées, et le manque de transparence. Il répond à Etienne Monin
écouter

Dès l'annonce de la mort du jeune garçon, l'ARS a interdit toute consommation sur ce point de captage. Reste que les bactéries trouvées, venant de matières fécales, peuvent aussi se retrouver dans la viande.

Evidemment, le Syndicat de l'eau se demande si c'est son eau qui a été consommée, ou si l'enfant en promenade a pu boire dans un cours d'eau.

A ce jour les raison de la mort ne sont pas connues ; les aliments prélevés sont analysés à Lyon, et l'eau à Nancy. Le parquet de Foix a ouvert une information judiciaire pour "recherche des causes de la mort". La préfet de l'Ariège, Nathalie Marthien, a indiqué "qu'au vu des symptômes, on s'oriente vers une intoxication alimentaire" .

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.