Double meurtre dans les Cévennes : "Les recherches sont extrêmement pénibles, voire périlleuses", explique le général Philippe Ott

Les forces de l'ordre sont toujours à la recherche mercredi soir d'un homme âgé de 29 ans qui a tué deux personnes dans une scierie située dans les Cévennes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des membres du GIGN sont assis à l'arrière d'un pick-up lors de la recherche d'un homme qui a abattu deux personnes dans une scierie près du village de Plantiers dans les Cévennes, le 12 mai 2021. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

"Les recherches sont extrêmement pénibles, voire périlleuses", a expliqué dans la soirée du mercredi 12 mai sur franceinfo le général Philippe Ott, commandant en second de la région Paca et de la zone Sud, alors que 300 gendarmes et de nombreux moyens sont mobilisés pour retrouver le tireur présumé du double meurtre des Plantiers (Gard) dans les Cévennes.

>> Double meurtre dans les Cévennes : ce que l'on sait de la traque du suspect

"Les moyens ne sont pas sur-calibrés, croyez-moi, puisque par rapport à l'immensité des zones de recherche et surtout à leur complexité, il faut au moins cela, assure le Général. Cet individu, je dois le souligner, connaît parfaitement cette zone qui a la particularité d'être très difficile d'accès, très escarpée. Nous sommes obligés de limiter les recherches terrestres la nuit parce que le terrain est très dangereux."

D'importants moyens mobilisés

"C'est une manœuvre d'encerclement, explique jeudi matin sur franceinfo le général Ghislain Réty, commandant du GIGN. C'est-à-dire que la zone est entièrement bouclée. Et ensuite, c'est tout un système de ratissage avec des coups de sonde qui sont donnés sur les points les plus privilégiés." Certains militaires de la gendarmerie sont aussi équipés de caméras thermiques. Des drones, deux hélicoptères de l'armée de terre et des équipes cynophiles sont aussi mobilisés. 

"Nous espérons que les moyens aériens, notamment avec des caméras thermiques, pourront nous faire progresser", estime de son côté Philippe Ott, qui rappelle que "les personnes sont évidemment invitées à rester prudentes, à rester chez elles et évidemment à appeler nos services en cas de doute."

"Je suis de nature très optimiste, donc je pense qu'on le retrouvera, si possible vivant, pour le remettre à la justice, affirme le général Ghislain Réty à franceinfo. Il va falloir qu’il s’explique sur ses actes. Mais ce serait bien, à défaut, de le retrouver a minima mort si besoin."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.