"Disparue de l'A26" : un homme mis en examen 34 ans après le meurtre non élucidé de Christel Oudin

À l'époque des faits, il travaillait sur le chantier de terrassement de l'autoroute A26. 

Véhicule de gendarmerie (illustration).
Véhicule de gendarmerie (illustration). (JADE PEYCHIERAS / RADIOFRANCE)

Un homme de 66 ans a été mis en examen pour le meurtre de Christel Oudin, l'une des "disparues de l'A26", l'un des plus anciens "cold-case" de France, a appris franceinfo auprès du parquet de Laon (Aisne) vendredi 28 juin, confirmant une information du Parisien.

Le suspect, qui avait déjà été entendu au cours de l'instruction, a été placé en garde à vue jeudi par la section de recherche de la gendarmerie d'Amiens. Lors de ses nouvelles auditions, il a maintenu être étranger au crime. Mais selon le parquet de Laon, des "indices concordants recueillis" ont amené la juge d'instruction à le mettre en examen pour le meurtre de Christel Oudin. L'homme a été placé sous contrôle judiciaire.

A l'époque des faits, il travaillait sur le chantier de terrassement de l'autoroute A26, dans le secteur d'Anguilcourt-le-Sart (Aisne), au moment où le corps de Christel Oundin, âgée de 13 ans, avait été retrouvé, le 9 avril 1986. L'adolescente avait disparu six mois plus tôt.

Plus de 30 ans de "cold case"

Malgré l'ouverture d'une information judiciaire et les moyens déployés à l'époque, les investigations n'avaient pas permis d'identifier l'auteur du crime. Un premier non-lieu avait été ordonné. L'enquête avait été rouverte le 3 décembre 1990, mais s'était également clôturée par un non-lieu deux ans plus tard.

Le dossier avait été rouvert une nouvelle fois le 31 mai 2012, et en 2017, la juge d'instruction avait joint à ce dossier celui du meurtre de Sophie Borca, une jeune femme de 16 ans dont le corps avait été retrouvé en juin 1985 à Homblières, près de Saint-Quentin (Aisne) "en raison d'une possible connexité entre les deux affaires", explique le parquet de Laon. Les deux victimes fréquentaient notamment le même établissement scolaire.