Cet article date de plus d'un an.

Mort de Steve Maia Caniço : l'avocat du père de Rémi Fraisse dénonce "deux crimes d’État"

Pour Maître Arié Halimi, les similitudes sont flagrantes entre la mort de Rémi Fraisse en 2014 à Sivens et celle de Steve Maia Caniço le soir de la Fête de la musique 2019 à Nantes.

Article rédigé par
avec France Bleu Occitanie - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des roses déposées là où le corps de Steve Maia Caniço a été retrouvé dans la Loire à Nantes. (SARAH TUCHSCHERER / FRANCE-INFO)

L'avocat du père de Rémi Fraisse, ce jeune homme tué en 2014 à Sivens dans le Tarn par un tir policier de grenade offensive sur le site du projet de barrage, dresse ce jeudi, au micro de France Bleu Occitanie, un parallèle entre cette affaire et celle de Steve Maia Caniço, mort à Nantes le soir de la Fête de la musique.

Selon Maître Arié Halimi, il y a "des similitudes importantes" dans ces deux dossiers, puisque d’après l’avocat, ces deux jeunes hommes "ont probablement trouvé la mort du fait de l’action de l’État".

Ce sont d’abord des crimes d’État à mon sens, dans les deux cas. Deux jeunes hommes qui ont probablement trouvé la mort du fait de l’action de l’État.

Maître Arié Halimi

à franceinfo

"Il y aussi des similitudes dans la communication gouvernementale, développe l'avocat. Pour Rémi, on avait, dans un premier temps, parlé d’un corps ou d’un cadavre trouvé dans la forêt. On avait essayé de lui coller beaucoup de choses : de la détention de drogue, des explosifs dans son sac. Tout ça était évidemment faux. De la même manière, on essaye, avec l’enquête de l’IGPN sur la mort de Steve, de dédouaner les forces de l’ordre."

Arié Halimi souligne également que, selon lui, l'État a pris "l'habitude de dédouaner les forces de l’ordre dans le cas de violences policières". Cette "absence de contrôle" peut conduire "soit à des blessures, soit à des mutilations, soit à des morts". L'avocat n'est d'ailleurs pas surpris par cette affaire Steve Caniço : "Depuis toujours, on dit avec la famille de Rémi qu’il y aura d’autres cas".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.