Disparition à Nantes : le corps retrouvé dans la Loire est bien celui de Steve Maia Caniço

Une autopsie pratiquée mardi a confirmé que le corps retrouvé dans la Loire était bien celui du jeune homme disparu depuis le soir de la Fête de la musique, le 21 juin dernier.

Un poster \"Où est Steve ?\", sur la fontaine de la place royale à Nantes (Loire-Atlantique), le 29 juillet 2019. 
Un poster "Où est Steve ?", sur la fontaine de la place royale à Nantes (Loire-Atlantique), le 29 juillet 2019.  (LOIC VENANCE / AFP)

Le corps retrouvé dans la Loire à Nantes, lundi 29 juillet, est bien celui de Steve Maia Caniço, selon les informations de France 3. L'animateur périsoclaire de 24 ans avait disparu, dans la nuit du 21 au 22 juin, après une opération de police controversée le soir de la Fête de la musique. 

L'autopsie réalisée mardi matin à l'institut médico-légal de Nantes a permis d'établir formellement l'identité du jeune homme dont le corps était, selon le procureur de Nantes, "en état de décomposition avancée", après 38 jours passés dans l'eau. Pierre Sennès annonce également l'ouverture d'une information judiciaire pour "homicide involontaire"Deux magistrats instructeurs vont être saisis pour rechercher d'éventuelles responsabilités pénales.

L'IGPN saisie fin juin

Le corps du jeune homme a été repéré lundi après-midi par le pilote d'un navibus, une embarcation qui assure une navette entre les deux rives de la Loire. Il flottait près d'une ancienne cale de l'île de Nantes, à quelques centaines de mètres de l'endroit où le jeune homme avait disparu. Quatorze personnes avaient été repêchées dans la Loire le soir de la Fête de la musique, après que les policiers avaient fait usage de gaz lacrymogène pour interrompre un concert de musique électronique, au bord du fleuve. 

Plusieurs procédures sont en cours, dont une enquête administrative conduite par l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) et dont les conclusions devraient être rendues cette semaine au ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. L'IGPN avait été saisie le 24 juin pour faire la lumière sur les opérations de maintien de l'ordre à Nantes, à l'occasion de cet événement.