Disparition de Sophie Le Tan : un deuxième ADN féminin découvert au domicile du suspect

Un deuxième ADN féminin a été découvert au domicile de l'homme suspecté d'avoir enlevé Sophie Le Tan, une étudiante de 20 ans portée disparue depuis le 7 septembre.

Sophie Le Tan
Sophie Le Tan (France 2)

Un deuxième ADN féminin a été découvert au domicile de Jean-Marc Reiser à Schiltigheim, a appris une source proche du dossier à franceinfo, jeudi 20 septembre. Les enquêteurs de la police judiciaire de Strasbourg ne savent pas pour le moment à qui appartient cet ADN, retrouvé en plus de celui de Sophie Le Tan.

L'étudiante de 20 ans n'a plus donné signe de vie depuis le 7 septembre. Des traces de sang contenant son ADN ont été retrouvées dans l’appartement de Jean-Marc Reiser, même si celui-ci a choisi de se taire.

En raison de ces découvertes récentes, l'office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) a été co-saisi de l'enquête, aux côtés de la police judiciaire de Strasbourg.

L'OCRVP est chargé d'explorer tous les cas de disparition inexpliquée qui correspondent au profil de la victime, à savoir des étudiantes. Il s'agit de voir si des rapprochements peuvent être faits, dans ces "cold case", avec Jean-Marc Reiser.

Un suspect déjà soupçonné d'autres enlèvements

Jean-Marc Reiser, 58 ans, a été mis en examen pour assassinat, enlèvement et séquestration dans le cadre de la disparition de Sophie Le Tan à Strasbourg.

En 2001, il a été condamné à quinze ans de réclusion pour le viol d'une auto-stoppeuse allemande en 1995 dans les Landes, et pour des viols sur sa maîtresse, en 1996.

Il a aussi été acquitté en 2001 dans une autre affaire, la disparition en 1987 d'une jeune femme de 23 ans dont le corps n'a jamais été retrouvé. Françoise Hohmann était représentante de commerce. Le dernier client à qui elle avait rendu visite avant sa disparition, dans le quartier de Hautepierre, était Jean-Marc Reiser.