Disparition de Lucas Tronche : ce que l'on sait sur la découverte d'ossements et d'objets près du domicile de l'adolescent

La juge d'instruction chargée de cette affaire va ordonner une analyse, si possible génétique, des ossements trouvés jeudi. Parmi les objets retrouvés, un sac à dos, une montre et des vêtements, mais aussi un téléphone.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
L'appel à témoin lancé pour retrouver Lucas Tronche, 16 ans, disparu depuis le 18 mars 2015, dans le Gard. (MAXPPP)

Après l’annonce par le procureur de Nîmes de la découverte d’ "ossements pouvant être d’origine humaine, de débris de vêtements et d’un sac similaire à celui de Lucas Tronche" jeudi 24 juin matin, une source proche de l'enquête affirme à franceinfo que "tout semble correspondre". Le sac à dos retrouvé est "identique à celui qu’il portait au moment de sa disparition", ainsi que des "bouts de tissus de doudoune" similaires, ajoute cette source proche de l’enquête à franceinfo.

Qu'est-ce qui a été retrouvé ?

Des ossements, des débris de vêtements et un sac ont été découverts jeudi à Bagnols-sur-Cèze (Gard). Le procureur de Nîmes a confirmé à France Bleu Gard Lozère que le sac à dos "ressemble fortement" à celui de l'adolescent et que les débris de vêtements "ressemblent eux aussi fortement" à ceux de Lucas Tronche. "Il y a un certain nombre d'éléments de vraisemblance permettant de penser que l'on a peut-être retrouvé la trace de ce malheureux enfant et qu'on a peut-être des débris humains qui correspondraient à son corps", a-t-il expliqué.

Vendredi après-midi, le procureur de Nîmes a précisé que de "nouveaux ossements" et de "nouveaux objets" ont été retrouvés, au lendemain de la découverte des premiers éléments. "Il est désormais quasiment certain que le blouson était celui de Lucas Tronche", affirme-t-il. Des débris de montre ont aussi été retrouvés et "il est quasiment certain qu'il s'agissait de la montre de Lucas Tronche". "S'il y avait encore des incertitudes sur le sac à dos, il est de plus en plus probable au regard des éléments qu'il était celui de Lucas Tronche", ajoute-t-il. Les investigations "s'orientent de plus en plus vers l'authentification de Lucas Tronche" selon le procureur.

Un téléphone a été retrouvé sur la falaise, a appris franceinfo auprès d'une source proche ce vendredi, confirmant une information de BFMTV. Lors de son point presse, vendredi, le procureur de la République de Nîmes Eric Maurel n'a pas confirmé cette information, expliquant qu'il n'en avait pas connaissance.

Des chaussures ont également été retrouvées mais la mère de Lucas Tronche n'a pas pu les authentifier, a expliqué le procureur. Alors que Lucas Tronche se rendait à la piscine au moment de sa disparition, aucun maillot de bain ni serviette de bain n'ont été retrouvés avec le sac. Les enquêteurs continuent leurs recherches sur les lieux des premières découvertes.

L’adolescent, lycéen de 15 ans, a disparu le 18 mars 2015 à Bagnols-sur-Cèze, alors qu’il se rendait à un cours de natation. Le procureur de Nîmes assure à France Bleu Gard Lozère que la juge d'instruction de cette affaire va ordonner "très rapidement" une analyse des ossements retrouvés, et une analyse génétique si possible, pour confirmer l'identité de l'adolescent.

L'enquête sur les circonstances de sa mort continue, car pour l'instant, rien ne permet d'établir s'il s'agit d'une chute accidentelle, d'un suicide ou si quelqu'un l'a poussé. "Nous aurons beaucoup de mal à déterminer ce qui s'est passé", a prévenu le procureur de Nîmes, Éric Maurel.

Où les a-t-on retrouvés ?

La zone où ont été faites ces découvertes se trouve sur la commune de Bagnols-sur-Cèze (Gard), à proximité du domicile de Lucas Tronche. Il s'agit de parois rocheuses, a précisé le procureur de la République de Nîmes à franceinfo. Les ossements ont été découverts sur une "falaise à pic", "à mi-falaise", dans une zone "particulièrement escarpée", de "50-60 mètres de haut", précise-t-il encore à France Bleu Gard Lozère. Le procureur de Nîmes explique sur franceinfo qu"'il était impossible, sans descente en rappel, de pouvoir accéder aux lieux où ont été découverts les objets".

Le procureur décrit la falaise avec "un à pic de plus de 30 mètres et des escarpements rocheux en forme d'escalier". Les éléments ont été découverts ""avec un éparpillement aussi bien des objets que des ossements"," tout le long de cette falaise et de cet escarpement. Ils étaient tous "dans la même verticalité".

"Il s'avère qu'il y a six ans, c'est moi qui avais coordonné les recherches sur le terrain, a confié à France Bleu Gard Lozère le maire de la commune, Jean-Yves Chapelet. Cette zone avait été vraiment passée au peigne fin. Par contre, cette partie précise, vue la densité de la végétation, peut-être qu'on n'avait pas pu y rentrer. C'est un secteur qu'on connait très bien, qui a fait l'objet des premières recherches. C'est une falaise qui tombe sur un bosquet très dense, en pied de falaise, très, très difficile d'accès."

Le procureur de Nîmes précise qu'effectivement, "les hauteurs et le bas" du secteur avaient à l'époque été fouillés, mais pas "la falaise elle-même dans sa dimension verticale". Elle est accessible "par les hauts" par des sentiers empruntés par des chasseurs. "C'est un endroit où il allait avec son père."

Comment ont-ils été localisés ?

Les opérations de recherche ont été ordonnées par la juge d’instruction avec le SRPJ de Montpellier et le groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux (GRIMP) du Gard. Ces unités devaient "combler les blancs" dans la carte des recherches de l'adolescent, explique le procureur de Nîmes Eric Maurel à France Bleu Gard Lozère. Elles ont commencé à travailler en début de semaine et avaient prévu d'explorer la falaise où le corps a été retrouvé, car c'est un lieu que Lucas Tronche fréquentait.

Le procureur de Nîmes a décrit le travail "méthodique et systématique" des recherches, en exploitant les "trous" dans la carte, les zones qui n'avaient pas été fouillées il y a six ans. Les pompiers du GRIMP ont du faire des descentes en rappel. "Ce n'est que très fortuitement que l'un des pompiers a aperçu le sac à dos. D'en haut, on n'aperçoit rien."

Le procureur de Nîmes a précisé auprès de franceinfo que cette découverte n’a "pas de rapport" avec l’émission de M6 "Appel à témoins" qui avait évoqué l’affaire le 7 juin dernier. Cette nouvelle émission se donne pour mission de relancer des cold cases. La mère du jeune garçon disparu avait témoigné, pour tenter de saisir une "opportunité" pour faire connaître l’affaire et trouver d’éventuels témoins.

Comment les parents de Lucas ont-ils réagi ?

Les parents de l'adolescent estiment que "la découverte d'un corps pouvant être celui de Lucas nous semble mettre un terme à ces six années de recherches mais aussi d'espoir", dans un message posté sur le compte Twitter de l'association Retrouvons Lucas. "Aujourd'hui, vient le temps du silence, ajoutent-ils. Ce silence, autrefois assourdissant, est nécessaire pour nous permettre de nous recueillir, de tenter de nous apaiser et de continuer désormais sans lui. Ce silence laisse la place à l'enquête qui se poursuit. Nous n'oublierons jamais notre Lucas tant aimé."

Selon le procureur de Nîmes, la découverte de ces éléments est "quelque chose d'extrêmement douloureux, une grande souffrance" pour la famille de Lucas Tronche. "D'autant que l'endroit leur est connu et que ça renvoie nécessairement à beaucoup de choses au sein de cette famille."

Le maire de la commune se confie à France Bleu Gard Lozère et estime que "c'est un soulagement pour tout le monde parce qu'au moins on peut se raccrocher à quelque chose". Jean-Yves Chapelet est un proche des parents de l'adolescent disparu, il a d'ailleurs eu son père Éric au téléphone. "Cela a fait du bien de se parler", dit-il. Mais il pense que "les jours à venir vont être compliqués. Je pense surtout à Eric, à Nathalie et aux deux frères de Lucas, qui auront peut-être enfin un début de réponse".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.