Disparition de Delphine Jubillar : suspect numéro un, son mari Cédric va être auditionné

Publié Mis à jour
Disparition de Delphine Jubillar : suspect numéro un, son mari Cédric va être auditionné
France 2
Article rédigé par
L. Feuerstein, N. Perez, R. Miri, B. Poulain, M. Lassaga, O. Combe, E. De Pourquery, France 3 Occitanie, A. Canestraro - France 2
France Télévisions

Pour la première fois, le mari de Delphine Jubillar, Cédric, va être auditionné vendredi 15 octobre, dix mois après la disparition de son épouse. En détention provisoire, il est toujours le suspect numéro un.

Cédric Jubillar est arrivé tôt, vendredi 15 octobre, au tribunal de Toulouse (Haute-Garonne) pour une journée marathon d'interrogatoires. Pour la première fois depuis sa mise en examen, Cédric Jubillar va être entendu sur le fond du dossier concernant la disparition de son épouse, Delphine Jubillar. Ses avocats, qui n'ont pas voulu s'exprimer, ont bien l'intention de démontrer que leur client n'a pas tué la jeune femme, dans la nuit du 15 décembre 2020.

Des cris stridents de femme entendus par des voisins

Plusieurs éléments matériels pourraient plaider en ce sens. D'abord, les expertises de la couette de sa femme n'ont rien révélé. Le linge avait été mis dans la machine à laver après sa disparition. Aucune trace suspecte n'a été retrouvée, ni dans le siphon de la machine, ni dans le lavabo. Un résultat tombé mercredi, trop tardif pour la défense. "Ça fait dix mois qu'on attend l'analyse de la couette, affirme Me Jean-Baptiste Alary, avocat de Cédric Jubillar. Vu qu'on nous a exposé cette couette comme étant un élément à charge, je crois qu'il est légitime de la part de la défense d'attendre des magistrats instructeurs, et de l'accusation, un peu de rigueur." Mais pour les enquêteurs, il y a d'autres pièces dans ce dossier, comme des cris stridents de femme entendus à 23h07 par des voisins, ou encore un témoignage de leur fils âgé de six ans, faisant état de disputes que Cédric Jubillar n'avait alors pas évoquées. L'avocat de la famille de Delphine Jubillar, Me Laurent Nakache Haarfi, attend des réponses claires.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.