VIDEO. Meurtre d'Alexia Daval : la charge de la procureure contre "la folie médiatique" autour de l'affaire

Au cours d'une courte allocution, Edwige Roux-Morizot a dénoncé jeudi 1er février la pression des médias et les violations du secret de l'instruction dans cette affaire.

FRANCEINFO

Un coup de gueule. Dans une courte allocution, la procureure de la République de Besançon (Doubs) a dénoncé, jeudi 1er février, la "folie médiatique" autour du meurtre d'Alexia Daval"Je voulais vous faire part, tout de même, de mon souhait de voir la justice reprendre la place qui est la sienne, celle que vous lui aviez laissé prendre au cours de ces trois derniers mois", a-t-elle déclaré.

"D'autres investigations doivent être effectuées, loin de cette terrible pression, à l'abri de ce qui la pollue, la détourne du chemin de la recherche de la vérité, à l'abri de ces violations répétées et inadmissibles du secret de l'instruction", a-t-elle martelé. "La folie médiatique oublie que derrière cette histoire (...) se joue le destin d'un homme, qui doit bénéficier de la présomption d'innocence, bafouée chaque jour depuis son interpellation", a-t-elle poursuivi.

Alexia Daval, employée de banque de 29 ans, avait été retrouvée morte fin octobre, asphyxiée et battue, le corps partiellement brûlé. Trois mois jour pour jour après la découverte de son cadavre dans un bois d'Esmoulins non loin de son domicile, son mari, Jonathann Daval, qui apparaissait en public effondré par la mort de son épouse, a finalement avoué, en garde à vue, l'avoir lui-même tué au cours d'une dispute.

La procureure de Besançon, Edwige Roux-Morizot, le 6 novembre 2017.
La procureure de Besançon, Edwige Roux-Morizot, le 6 novembre 2017. (SEBASTIEN BOZON / AFP)