Dijon. Deux morts dans une prise d'otages, dont le forcené

Un forcené d'une trentaine d'années et la mère de son ex-concubine, qu'il retenait en otage, ont été retrouvés morts à Dijon. 

Une prise d\'otage a viré au drame, le 6 août 2012 à Dijon : le forcené et une de ses otages ont été retrouvés morts. 
Une prise d'otage a viré au drame, le 6 août 2012 à Dijon : le forcené et une de ses otages ont été retrouvés morts.  (PHILIPPE BRUCHOT / MAXPPP)

FAITS-DIVERS - Le différend familial a mal tourné. Un homme de 28 ans retranché dans son domicile de Dijon (Côte-d'Or), ainsi que la mère de son ex-concubine, qu'il retenait en otage, ont été retrouvés morts, lundi 6 août, a annoncé le parquet. Depuis le début de l'après-midi, l'homme retenait les parents de son ex-compagne. Le père a quant à lui été retrouvé en état de choc.

"Le GIPN, intervenu à l'intérieur de l'appartement vers 22h30, a découvert le corps de la dame et de l'auteur de la séquestration, tandis que le conjoint a été retrouvé prostré, en état de choc", a déclaré à l'AFP le procureur de la République à Dijon, Eric Lallement, sans plus de précisions.

Les policiers accueillis par un coup de feu

On ignore pour l'instant les circonstances du drame et les raisons qui ont poussé le jeune homme de 28 ans à prendre en otages peu avant 16 heures les parents de son ex-compagne, venus récupérer quelques affaires lui appartenant après la rupture du couple.

Inquiète de ne pas voir revenir ses parents, la jeune femme avait alerté les policiers, qui ont été accueillis par un coup de feu tiré de depuis l'appartement, sans être blessés. Un périmètre de sécurité avait alors été établi de part et d'autre de la rue, située à proximité de la gare de Dijon. Le groupe d'intervention de la police nationale (GIPN) de Lyon était arrivé sur place aux alentours de 19 heures.

Après l'entrée des forces de l'ordre dans l'appartement, "le père, choqué, a été transporté à l'hôpital", a expliqué le procureur de la République de Dijon. Selon une source judiciaire citée par l'AFP, le preneur d'otages avait déjà été incarcéré pour des faits de violence sur sa précédente compagne.