Cet article date de plus de huit ans.

Des sacs de vieux billets volés à la Banque de France

Deux salariés de la Banque de France de Clermont-Ferrand ont été placés en détention provisoire vendredi. Ils ont été mise en examen pour vols aggravés et leurs épouses pour recel. Ils sont soupçonnés d'avoir dérobé des sacs de billets usagés mais valides, destinés à être détruits. Le butin se monte au moins à 1,8 million d'euros.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (La papeterie de la Banque de France, à Vic-le-Comte, où les vols ont eu lieu. © BEP/Michel Agon/LA MONTAGNE)

Il est des jardins où la terre est riche. Comme celui d'un salarié de la Banque de France à Clermont-Ferrand. Les enquêteurs qui travaillent sur des vols de billets dans cet établissement y ont découvert un sac de coupures usagées mais valides, qui devaient normalement être détruites. Ce salarié a été mis en examen et écroué vendredi, tout comme un de ses collègues. Ils sont soupçonnés de vol aggravé. Leurs épouses, qui doivent répondre de recel, ont pour leur part été placées sous contrôle judiciaire.

A ECOUTER :

Vols de vieux billets à la Banque de France : deux salariés mis en examen et écroués. Pierre Sennès, procureur de la République de Clermont-Ferrand.
écouter

Ce sac enterré sous la pelouse n'est pas le seul à avoir été retrouvé sur la base des informations données par les deux hommes. Un autre se trouvait chez un ami de l'un des suspects, qui ne savait pas ce qu'il contenait et un troisième, ou du moins ce qu'il en reste, dans la cave d'un des deux salariés, qui affirme l'avoir brûlé. Le butin porte au moins sur 1,8 million d'euros. La division économique et financière de la police judiciaire de Clermont recherche à présent à savoir s'il y a eu d'autres sacs et si des sommes ont été encaissées sur des comptes en banque.

Carton mis de côté

Les vols ont eu lieu au service de destruction des billets usagers. Des coupures certes vieilles mais toujours valides. C'est d'ailleurs grâce à une salariée de ce service à la papeterie de la Banque de France à Vic-le-Comte que ce trafic a été mis à jour. Affectée là pour l'été, elle avait découvert début juillet un carton de vieux billets mis de côté et avait donné l'alerte.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.