Marseille : des familles endeuillées par les règlements de compte se confient

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
cibasti marseille
FRANCEINFO
Article rédigé par
B. Delombre, L. Nahon, L. Fourcault de Pavant, N. Karczinski - franceinfo
France Télévisions

Emmanuel Macron entame mercredi 1er septembre une visite de trois jours à Marseille. Depuis le début de l'année, 15 personnes sont mortes dans des règlements de compte liés au trafic de drogue. La mère et le frère de deux victimes témoignent.

Il y a six ans, le fils de Valérie Cibasti, Anthony, a été tué en pleine rue, victime d'un règlement de compte. "Ce soir-là, lorsqu'on m'a téléphoné, quand je suis arrivée sur les lieux, le monde s'est arrêté, il s'est figé, et plus rien ne reviendra jamais. Ma vie s'est arrêtée là", raconte cette habitante de Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône). Le 1er février 2015, le jeune de 25 ans est tué dans sa voiture de 32 balles de fusil d'assaut. Sa mère le savait : ancien bagagiste d'Air France, son fils avait fait de mauvaises rencontres et était impliqué dans un trafic de stupéfiants.

Une mère résignée

Anthony savait qu'il était menacé. Deux mois avant sa mort, il avait prévenu sa mère. Le ou les tueurs n'ont jamais été retrouvés. Sa mère considère que la justice l'a abandonné. "Ça me ronge, parce que j'ai l'impression que la justice se dit qu'ils n'ont qu'à se tuer entre eux, ça leur fait du travail en moins", se résigne-t-elle. Amine Kessaci, président de l'association Conscience, lui, ne se résigne pas. Il se bat depuis que son frère est mort victime d'un règlement de compte. Bachelier avec un an d'avance, il veut prouver qu'il n'y a pas de fatalité dans les quartiers du nord de la cité phocéenne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Criminalité à Marseille

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.