Femme tuée par une balle perdue à Marseille : le témoignage bouleversant de sa mère

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Socayna est morte dans la matinée du lundi 11 septembre à seulement 24 ans, après avoir été victime d'une balle perdue en pleine tête alors qu'elle se trouvait chez elle, à Marseille (Bouches-du-Rhône). Sa mère a accepté de témoigner pour franceinfo, mercredi matin. -
Femme tuée par une balle perdue à Marseille : le témoignage bouleversant de sa mère Socayna est morte dans la matinée du lundi 11 septembre à seulement 24 ans, après avoir été victime d'une balle perdue en pleine tête alors qu'elle se trouvait chez elle, à Marseille (Bouches-du-Rhône). Sa mère a accepté de témoigner pour franceinfo, mercredi matin. - (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - M.Mezeraï
France Télévisions
franceinfo
Socayna est morte dans la matinée du lundi 11 septembre à seulement 24 ans, après avoir été victime d'une balle perdue en pleine tête alors qu'elle se trouvait chez elle, à Marseille (Bouches-du-Rhône). Sa mère a accepté de témoigner pour franceinfo, mercredi matin.

Dans la matinée du lundi 11 septembre, Socayna, une jeune femme de 24 ans, est morte après avoir été victime d'une balle perdue en pleine tête alors qu'elle se trouvait chez elle à Marseille (Bouches-du-Rhône). "Elle a été tuée d'une balle de kalachnikov qui a transpercé sa chambre", précise le journaliste Mohamed Mezeraï depuis Marseille. Sa mère, Leïla, qui a assisté à cette scène, a accepté de témoigner pour franceinfo, mercredi matin.

"Ici à Marseille, c'est la guerre"

"J'ai vu ma fille par terre, sur une rivière de sang. Ça coulait de partout", se rappelle-t-elle avec émotion. "Ici à Marseille, c'est la guerre. Ils se battent entre eux, mais nous, on n'a rien à voir là-dedans", se désole la mère de Socayna. "Il y a la faute de l'État aussi, parce que même la police maintenant ne peut rien faire", accuse-t-elle. "J'aimerais bien déménager d'ici, mais je n'ai pas beaucoup de moyens, je travaille mais j'ai un petit salaire", poursuit la mère de Socayna, avant de conclure : "On ne peut pas vivre comme ça."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.