Tirs à Paris et à la Défense : le récit de la journée

Après des coups de feu à "Libération" et des tirs devant un immeuble de la Société générale, une prise d'otage aurait eu lieu entre la Défense et les Champs-Elysées. Le tireur est, depuis, activement recherché.

Des policiers déployés au Trocadéro, à Paris, dans le cadre de la traque d\'un tireur, le 18 novembre 2013.
Des policiers déployés au Trocadéro, à Paris, dans le cadre de la traque d'un tireur, le 18 novembre 2013. (THOMAS SAMSON / AFP)

Depuis une fusillade dans le hall d'entrée du journal Libération, lundi 18 novembre, la police est sur la piste d'au moins un homme armé, qui pourrait être aussi l'auteur de coups de feu devant le siège de la Société générale et d'une prise d'otage entre la Défense et les Champs-Elysées. Francetv info déroule le fil de la journée.

10 h 15 : un blessé grave dans le hall de "Libération"

Un homme armé d'un fusil a ouvert le feu par deux fois, lundi vers 10h15, dans les locaux du quotidien Libération, dans le 3e arrondissement de Paris. Un assistant-photographe âgé de 33 ans, qui attendait dans le hall, a été grièvement blessé au thorax, à proximité du cœur. Il a été évacué vers l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Son pronostic vital est engagé, a indiqué le procureur de la République de Paris, en fin d'après-midi.

Le tireur a réussi à prendre la fuite. Les témoins décrivent un homme d'une quarantaine d'années, coiffé d'une casquette. Portant "sans doute un gilet pare-balles", il serait vêtu d'un "long manteau vert" et aurait tiré à deux reprises.

12 heures : coups de feu au siège de la Société générale

Moins de deux heures plus tard, la police fait état d'un tireur isolé au pied du siège de la Société générale, dans le quartier d'affaires de la Défense. Deux coups de feu auraient été tirés, sans faire de blessé. Une ou plusieurs vitres auraient été brisées.

Là encore, l'individu est parvenu à prendre la fuite. Sur place, un témoin indique que l'homme portait une casquette et une parka kaki, un signalement correspondant à celui du tireur aperçu à Libération.

12h30 : un homme relâché sur les Champs-Elysées

En début d'après-midi, un homme a déclaré à la police avoir été pris en otage dans sa voiture à la Défense, quelques minutes après la fusillade survenue devant la Société générale. Son ravisseur l'aurait contraint à le conduire devant l'hôtel George-V, près des Champs-Elysées. Selon LCI, il lui aurait indiqué être en possession de grenades. Selon France 2, après avoir relâché son otage, l'homme serait descendu dans le métro.

Le témoignage de l'automobiliste est, depuis, en cours de vérification par la police. Un hélicoptère de la sécurité civile survolait les Champs-Elysées vers 13 heures.

Trois jours plus tôt : des menaces au siège de BFMTV

Un homme armé avait fait irruption, vendredi, dans le hall de BFMTV, à Paris (15e arrondissement). Il avait menacé l'un des rédacteurs en chef de la chaîne, en lui lançant, après avoir éjecté deux cartouches de son fusil à pompe : "La prochaine fois, je ne vous raterai pas", selon une source proche de l'enquête. "Les images correspondent" au signalement du tireur de Libération, selon une source proche de l'enquête.

Cette vidéo n'est plus disponible