Cher : cinq membres d'une même famille mis en examen pour des soupçons de maltraitance sur une fillette de 6 ans

Cinq membres d'une même famille sont mis en examen, jeudi à Bourges (Cher), pour des soupçons de maltraitance sur une fillette de 6 ans, actuellement dans un état critique.

L\'entrée du CHRU de Tours, où la fillette a été transférée.
L'entrée du CHRU de Tours, où la fillette a été transférée. (ALAIN JOCARD / AFP)
avatar
avec France Bleu BerryfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Les cinq membres d'une même famille ont été mis en examen, jeudi 4 janvier, à Bourges, dans le Cher, dans une affaire de maltraitance sur une fillette de 6 ans qui est toujours dans un état critique, a indiqué le procureur de Bourges, Joël Garrigue, à France Bleu Berry.

La mère de la fillette âgée de 22 ans et son compagnon âgé de 24 ans ont été mis en examen pour "actes de torture et de barbarie" et placés en détention provisoire. Le couple refuse l’un comme l’autre d’endosser la responsabilité des blessures de la petite fille. La sœur et la mère du compagnon ont été mises en examen pour "non-dénonciation de maltraitance" et le frère du compagnon pour "non-assistance à personne en danger". Ils ont été placés sous contrôle judiciaire.

Des traces de brûlures et de morsures

La fillette est dans un état critique : actuellement dans le coma, elle souffrait de multiples ecchymoses lorsqu’elle a été emmenée à l’hôpital de Bourges samedi matin par trois femmes. Après examen, des traces de brûlures et de morsures ont également été découvertes sur son corps. Les blessures sont tellement graves qu’elle a dû être transférée au CHU de Tours.

Après enquête, les policiers ont découvert qu’une des femmes était la mère de la fillette. Elle avait donné une fausse identité au personnel de l’hôpital avant de fuir. Les deux autres femmes avaient raconté qu’elles avaient trouvé la fillette inanimée dans la rue. Il s’agit en fait de la sœur et de la mère du compagnon de la maman de la petite victime. Celles-ci ont été arrêtées à Bourges, mardi.

L'homme reconnaît lui avoir donné des coups

La mère de la fillette et son compagnon ont été interpellés mardi à Toulouse. On ignore pour l’instant si l’homme est bien le père de l’enfant, mais il aurait reconnu lors de sa garde à vue lui avoir donné quelques coups. En revanche, il nie être responsable de l'ensemble des blessures.

La fillette a un petit frère de cinq ans qui a été placé en famille d'accueil il y a quelques mois. Elle aussi aurait dû l’être : une décision du juge des enfants avait ordonné le placement de la petite fille en octobre. La mère aurait tout fait pour s'y opposer, selon le procureur de la République de Bourges, Joël Garrigue, contacté par France Bleu Berry.