Cet article date de plus de neuf ans.

Ce que l'on sait du maire égorgé et émasculé dans le Calvados

Le maire de Bretteville-le-Rabet, une petite commune du Calvados, a été retrouvé mort à son domicile, vendredi. Le meurtrier présumé s'est pendu.

Article rédigé par Carole Bélingard
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le maire de Bretteville-le-Rabet (Calvados) a été retrouvé égorgé et émasculé à son domicile, vendredi 23 mai 2014. (ALEXANDRA HUCTIN / FRANCE 3  BASSE-NORMANDIE)

Dominique Leboucher, maire de Bretteville-le-Rabet (Calvados), a été retrouvé à son domicile égorgé et émasculé, vendredi 23 mai. Agé de 55 ans, il était commercial en assurance. Il avait été élu maire en mars dernier. Le meurtrier présumé s'est pendu. 

Que s'est-il passé ?

Selon France 3 Basse-Normandie, le meurtrier présumé est arrivé chez le maire de cette petite commune normande de 250 habitants entre 8 heures et 9 heures ce vendredi 23 mai. Muni d'un cutter, il a égorgé Dominique Leboucher qui se trouvait seul à ce moment-là. Puis il l'a émasculé. Toujours selon France 3, l'homme est revenu chez lui, à 500 m de la scène du crime, et il "s'est débarrassé en chemin des organes génitaux de sa victime".  Il s'est ensuite pendu à son domicile. Les enquêteurs ont retrouvé une lettre à l'intention de ses deux enfants âgés de 5 et 10 ans, ajoute France 3.

Quel est le mobile ?

Catherine Denis, procureure de la république de Caen, évoque un "mari jaloux". "Est-ce une crise de folie, une crise de jalousie ? On ne sait pas", a-t-elle également affirmé. Le meurtrier présumé, âgé de 39 ans, aurait soupçonné sa femme, conseillère municipale, d'entretenir une liaison extra-conjugale avec le maire. Cette liaison "n'est à ce stade pas avérée", a souligné la procureure de la République. Elle a ajouté que l'épouse du maire décédé "ne croit pas" à l'hypothèse d'une infidélité. Le meurtrier présumé n'avait aucun antécédent judiciaire et n'avait pas de troubles psychiatriques connus.

Quelles seront les suites de l'enquête ?

Les deux principaux protagonistes sont morts, l'action judiciaire est donc désormais "éteinte". En clair, il n'y aura pas de procès. Mais l'enquête se poursuit afin de déterminer les circonstances exactes de ce meurtre. France 3 précise que les deux corps seront autopsiés, mardi 27 mai. L'épouse du meurtrier présumé, en état de choc, a été hospitalisée. Les enquêteurs devront l'interroger.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.