Cet article date de plus de deux ans.

Seine-Saint-Denis : les gardes à vue du convoyeur de fonds et de sa complice présumée ont été prolongées

Le convoyeur de fonds est en garde à vue des chefs de vol en bande organisée, association de malfaiteurs et infraction à la législation sur les armes. La femme est mise en cause en qualité de complice.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le quartier d'Amiens où a été interpellé le convoyeur de fonds Adrien Derbez, le 12 février 2019. (FRED HASLIN / MAXPPP)

La garde à vue du convoyeur de fonds, suspecté d'avoir braqué un fourgon lundi 11 février à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), ainsi que celle de la femme arrêtée mardi ont été prolongées de 48 heures jeudi 14 février au soir, annonce le parquet de Bobigny. Le convoyeur de fonds est en garde à vue des chefs de vol en bande organisée, association de malfaiteurs et infraction à la législation sur les armes. La femme est mise en cause en qualité de complice.

Deux autres personnes, un homme et une femme, qui avaient été interpellées et placées en garde à vue pour recel de malfaiteurs dans la soirée du 12 février ont été laissées libres jeudi. Aucune charge n'est retenue à leur encontre en l'état, précise le parquet.

Par ailleurs, un autre homme est toujours recherché dans cette affaire. Il était présent aux côtés de la femme, complice présumée du convoyeur, lors de l’opération d’interpellation. Cet homme a réussi à prendre la fuite. Une grosse partie du butin subtilisé lundi n'a toujours pas été retrouvée, il manque toujours près de deux millions d’euros.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Braquage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.