Cet article date de plus de huit ans.

Blois : 60 détenus saccagent la maison d'arrêt lors d'une mutinerie

Une mutinerie a eu lieu lundi après-midi à la maison d'arrêt de Blois. Selon une source syndicale, des détenus ont commis "des actes de vandalisme" et saccagé les équipements. En cause : le décès d'un détenu cette nuit dans sa cellule. Les dégâts sont "importants" et pour l'Union fédérale autonome pénitentiaire, "la sécurité de l'établissement reste à évaluer".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Jérôme Jadot Radio France)

Entre 10h30 et 13h30, une mutinerie a eu lieu à la maison d'arrêt
de Blois. "Environ 60 détenus [étaient] dans les étages de la prison et [ont commis ] des actes de vandalisme en saccageant les équipements ", a expliqué le
secrétaire national de FO-Pénitentiaire, David Daems. Ils ont été maitrisés vers 13h30.

Jean-François Forget, secrétaire général de l'Union Fédérale Autonome Pénitentiaire, explique que les dégâts sont "importants ". Même si les "unités de vie semblent viables ", il affirme que la "sécurité de l'établissement reste à évaluer ". La maison d'arrêt de Blois accueille plus 180 détenus soit "160% de surpopulation ", selon Jean-François Forget.

L'incompréhension après la mort d'un détenu

"Les détenus ont d'abord
refusé de remonter de promenade, puis ils sont entrés en force et ont investi
un secteur de la prison
", a-t-il ajouté. Une quarantaine de membres des équipes régionales d'intervention et de sécurité (Eris) a été envoyée en
renfort depuis Paris.

La mutinerie aurait
éclaté à cause du décès d'un homme lundi matin. Les détenus contestent le
diagnostic des médecins qui ont estimé qu'il avait succombé à une rupture d'anévrisme. Une autopsie doit être pratiquée prochainement. La préfecture du Loir-et-Cher indique également dans un communiqué que l'origine du mouvement "pourrait  s'expliquer par une tension constatée depuis quelques jours au sein de la population carcérale liée notamment à l'arrivée de détenus d'autres maisons  d'arrêt ".

Lundi soir, au moins 35 détenus devaient être transférés vers d'autres prisons, le temps notamment de remettre les locaux en état.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.