Homme tué à Aubervilliers : une information judiciaire ouverte, la garde à vue du policier municipal levée

Le ministère public ouvre cette information au titre de "violences ayant entrainé la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l'autorité publique", a précisé le procureur, dans un communiqué, vendredi.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des policiers à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) où un homme a été abattu par un policier, le 19 juin 2024. (JULIEN DE ROSA / AFP)

Le parquet de Bobigny a annoncé, vendredi 21 juin, l'ouverture d'une information judiciaire après la mort d'un homme tué par un policier municipal, mercredi à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Ce dernier a été laissé libre à l'issue de sa garde à vue.

Le ministère public ouvre cette information au titre de "violences ayant entrainé la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l'autorité publique", a précisé le procureur dans un communiqué de presse.

Cinq coups de tournevis à un agent de propreté

Agée de 47 ans, la victime, qui vivait dans la rue, a été mortellement touchée par le policier municipal. D'après le récit du procureur Eric Mathais, les forces de l'ordre ont été appelées mercredi à 8h20 pour un homme qui avait porté cinq coups de tournevis à un agent de propreté de Plaine Commune Habitat.

En intervention sur les lieux, l'un des policiers nationaux a été pris à partie par l'homme, qui "tentait de lui porter des coups à travers la fenêtre" du véhicule et "parvenait à le blesser au niveau du bras". Egalement présent sur place, "un policier municipal de la commune d'Aubervilliers patrouillait quant à lui avec deux collègues. Dans des circonstances qui restent à déterminer, le policier municipal tirait en direction de l'auteur, le touchant au niveau du thorax", a écrit le procureur dans un précédent communiqué diffusé mercredi. Le décès a été constaté à 9h10. L'agent de propreté et le policier national sont sortis de l'hôpital.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.