Au bord d'une falaise, devant un taureau... Sept cas où le selfie peut vraiment être mortel

Qu'on le trouve drôle ou narcissique, l'autoportrait numérique, réalisé avec un téléphone portable, peut surtout être risqué. La preuve avec ces faits divers récents.

Des ouvriers brésiliens font un selfie avec leur présidente, Dilma Rousseff, le 8 mai 2014, à Sao Paulo.
Des ouvriers brésiliens font un selfie avec leur présidente, Dilma Rousseff, le 8 mai 2014, à Sao Paulo. (NACHO DOCE / REUTERS)

Les selfies font "une gueule de batracien" selon le ministre du Travail, Michel Sapin. Mais c'est bien la dernière chose qui devrait inquiéter leurs adeptes. La sécurité était une de nos cinq règles de base pour prendre un bon selfie, et de nombreux exemples récents rappellent que certains clichés sont trop risqués. Tour d'horizon des dangers qui guettent les fans de l'autoportrait réalisé avec un smartphone.

Attention aux falaises

Prendre un selfie au bord d'une falaise haute de 80 mètres surplombant l'Atlantique, c'est la très mauvaise idée qu'a eu un couple de touristes polonais en visite au Cabo da Roca, au Portugal. En balade avec leurs deux enfants de 5 et 6 ans, ils ont préféré prendre la photo eux-mêmes plutôt que de confier l'appareil à ces derniers. Une obsession du selfie aux conséquences tragiques puisque, selon les premiers éléments de l'enquête, le couple a perdu l'équilibre avant de tomber dans l'océan. Leurs corps ont été retrouvés le lendemain.

Attention aux vaches (et aux taureaux)

Certains jugeront qu'il l'avait bien cherché. Chaque année, les fêtes de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) sont l'occasion de courses de vaches, où les participants tentent d'échapper à des bovins lâchés dans les rues de la ville. Cette année, un jeune homme a eu la brillante idée de prendre un selfie avec une vachette en arrière plan. Une vidéo postée par le quotidien anglais The Telegraph immortalise son échec cuisant. Fauché par l'animal, heureusement sans gravité, il semble s'être enfui sans demander son reste.

En juillet, c'est un coureur des fêtes de Pampelune, en Espagne, qui avait été immortalisé en se prenant en photo dans une posture encore plus délicate, poursuivi, cette fois, par des taureaux, raconte Sud-Ouest. Ce qui lui a valu d'être surnommé "l'idiot au téléphone portable" par les médias espagnols, mais aussi d'être recherché par la police.

Attention aux pistolets (surtout s'ils sont chargés)

Sur son profil Facebook, il postait son cliché dans des soirées ou au volant de grosses voitures. Le week-end du 27 juillet, Oscar Aguilar, un jeune Mexicain de 21 ans, a voulu prendre un cliché encore plus impressionnant : un selfie avec un pistolet chargé. Ce soir-là, il buvait de l'alcool avec des amis. C'est un voisin qui raconte la suite, cité par le Daily Mirror (en anglais) : "J'ai entendu un coup de feu suivi de cris, et j'ai immédiatement compris que quelqu'un avait été blessé." Aguilar s'est tiré une balle dans la tête, semble-t-il accidentellement. Le jeune homme est mort peu de temps après l'arrivée des secours.

Attention aux conducteurs de trains

Il a fait de son selfie raté une vidéo virale. En vacances au Pérou, un jeune Canadien a tenté de se prendre en photo devant un train en marche, quand il a été surpris par la botte du conducteur de l'engin, qui lui est arrivée en pleine face. Mais cette humiliation l'a peut-être sauvé d'un vrai danger. Si le conducteur a d'abord été salué comme un héros de la cause anti-selfies, le jeune Canadien pense en fait qu'il a voulu le protéger : s'il dit avoir fait attention à ne pas trop s'approcher du train, "j'imagine que j'étais quand même trop près" a-t-il expliqué sur YouTube. Sur les images, on voit une pièce de métal qui dépasse dangereusement de la locomotive.

Attention aux coureurs cyclistes

Parfois ce n'est pas vous que vos selfies mettent en danger, mais les autres. Exemple lors du Tour de France 2014, où les cyclistes ont dû faire face à une difficulté supplémentaire : éviter les bras et les têtes des spectateurs, penchés par-dessus les barrières pour se prendre en photo avec les coureurs. Lesquels se sont fâchés à l'arrivée de la 2e étape, en Angleterre, le 6 juillet : "C'est un dangereux mélange de vanité et de stupidité" a expliqué l'Américain Tejay van Garderen au Guardian (article en anglais). "Les gens ne se rendent pas compte de la vitesse à laquelle nous allons", s'est inquiété le Gallois Geraint Thomas. Plus radical, le lendemain, le Lituanien Ramunas Navardauskas s'est lui-même débarrassé d'un téléphone gênant.

Attention à l'addiction

"Les selfies ont failli me tuer", c'est le titre à peine sensationnaliste qu'a choisi le Daily Mail pour raconter l'histoire de Danny Bowman. Entre ses 15 ans et 19 ans, ce jeune Anglais atteint de dysmorphophobie, la peur d'être laid ou difforme, a poussé l'obsession de son image à un point maladif : il passait chaque jour dix heures à prendre quelque 200 selfies. Une addiction qui l'a poussé à abandonner l'école et ne plus quitter son domicile pendant six mois, selon le journal. "J'étais constamment en quête du selfie parfait, et quand je réalisais que je n'y arriverais pas, j'avais envie de mourir", raconte-t-il. Après une tentative de suicide, Danny a finalement suivi une cure de désintoxication pour se sortir de sa maladie.

Attention lorsqu'on conduit

Ces exemples de selfies "extrêmes" ne doivent pas faire oublier que le selfie peut aussi être dangereux au quotidien. Le constructeur automobile Ford a ainsi sonné l'alarme en août, rapporte Le Figaro : une enquête réalisée par la compagnie sur 7 000 jeunes Européens de 18 à 24 ans a montré que la moitié d'entre eux avaient déjà utilisé leur téléphone au volant pour prendre une photo, et le quart d'entre eux pour faire un selfie. Un phénomène dont témoigne le hashtag #drivingselfie, et qui a déjà fait des victimes, notamment une Américaine de 32 ans entrée en collision avec un camion quelques secondes après avoir posté sa photo sur Twitter.