L'octogénaire accusé de l'attaque de la mosquée de Bayonne est mort pendant sa détention

Après une "brusque détérioration de son état de santé" et son transfert aux urgences, Claude Sinké, 84 ans, est mort à l'hôpital de Mont-de-Marsan.

Des policiers stationnés devant la mosquée de Bayonne, le 29 octobre 2019, au lendemain d\'une attaque.
Des policiers stationnés devant la mosquée de Bayonne, le 29 octobre 2019, au lendemain d'une attaque. (IROZ GAIZKA / AFP)

Claude Sinké, l'auteur présumé de l'attaque de la mosquée de Bayonne, est mort mercredi 26 février au centre hospitalier de Mont-de-Marsan (Landes), pendant sa détention provisoire. C'est ce qu'a annoncé jeudi le procureur de la République Olivier Janson. L'homme de 84 ans a été victime d'une "brusque détérioration de son état de santé" alors qu'il était incarcéré au centre pénitentiaire de la ville. Une autopsie doit maintenant être réalisée pour tirer au clair les raisons de son décès.

Cet octogénaire était accusé d'avoir grièvement blessé par balles deux personnes à l'entrée de la mosquée de Bayonne, fin octobre. Il avait ensuite été interpellé à son domicile puis mis en examen, notamment pour "tentative d'assassinats" et "destruction de bien par un moyen dangereux pour les personnes commis en raison de la race ou de la religion".

Claude Sinké était suivi médicalement en raison de "diverses pathologies", précise le procureur dans son communiqué, cité par France Bleu. Mercredi après-midi, en prison, un médecin de l'unité de consultation et de soins ambulatoires a prescrit "sa conduite aux urgences du centre hospitalier de Mont-de-Marsan" où il est mort à 21h07.