Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Republication des caricatures de Mahomet par "Charlie Hebdo" : "La liberté d'expression est comme la République, une et indivisible", estime Bernard Cazeneuve

Publié
Article rédigé par
Radio France

L'ancien ministre de l'Intérieur au moment des attentats de janvier 2015 a réagi au nouveau numéro de "Charlie Hebdo" qui sort le jour de l'ouverture du procès.

L'hebdomadaire Charlie Hebdo a republié mercredi 2 septembre les caricatures de Mahomet qui en avaient fait une des cibles des jihadistes en janvier 2015. Douze personnes avaient été tuées dans l'attaque du journal. "Cette réédition est une manière de dire, pour la rédaction de 'Charlie Hebdo', et pour tous ceux qui croient à la liberté d'expression, que la liberté d'expression est une et indivisible comme la République", a réagi Bernard Cazeneuve sur franceinfo alors que s'ouvre aujourd'hui le procès des attentats de janvier 2015

>>> Attentats de janvier 2015 : suivez l'ouverture de ce procès historique à la cour d'assises spéciale de Paris


Selon l'ancien ministre de l'Intérieur au moment des attentats de janvier 2015, cette réédition montre aussi "qu'aucune violence s'exerçant à l'encontre de notre pays, de ceux qui incarnent la liberté d'expression, jusqu'à l'impertinence parfois, ne viendra remettre en cause ce trésor qu'est la liberté d'expression dans notre pays". Il 

Le droit au blasphème est un droit qui est reconnu en France depuis très longtemps, depuis la Révolution française, il est consubstantiel à la liberté d'expression. 

Bernard Cazeneuve

à franceinfo


Bernard Cazeneuve "souhaite qu'il y ait dans le pays à l'occasion de ce procès une réflexion très profonde sur la signification des attentats qui se sont produits en janvier 2015, sur la volonté qui a été celle de terroristes fanatisés de s'en prendre à ceux qu'est l'esprit français, la liberté d'expression, la tolérance, la fraternité, la laïcité". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attentats de janvier 2015

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.