VIDEO. Manuel Valls reconnaît des "failles" dans le dispositif de repérage des terroristes

Invité sur TF1 vendredi soir, le Premier ministre a annoncé que ces failles allaient être analysées, afin d'y remédier.

TF1

Manuel Valls a reconnu, vendredi 9 janvier, des "failles" dans le dispositif de repérage des terroristes qui ont perpétré les attentats de la porte de Vincennes et de Charlie Hebdo. Le Premier ministre était sur TF1, quelques heures après l'assaut du GIGN et du Raid. Malgré l'augmentation des moyens, "il n'y a pas de risque zéro", "il y a toujours des possibilités d'avoir des failles" et "nous allons les analyser", a annoncé Manuel Valls.

"Nous devons tirer les leçons"

Qualifiant les questions de "légitimes", alors que certains des suspects étaient connus des services de police, le Premier ministre a ainsi affirmé : "C'est pour cela que nous devons tirer des leçons, analyser de près ce qui s'est passé. Nous le devons, ce devoir de vérité, aux victimes, à leurs familles et à nos compatriotes".

Le Premier ministre a également estimé qu'il y aurait "un avant et un après ce qui s'est passé" cette semaine. Il a annoncé la création de 500 postes supplémentaires au sein des services de renseignement intérieur. 

Le Premier ministre, le 8 janvier 2015 à l\'Elysée. 
Le Premier ministre, le 8 janvier 2015 à l'Elysée.  (PATRICK KOVARIK / AFP)