Cet article date de plus de neuf ans.

Les écoles juives et les synagogues seront protégées, "si nécessaire" par l'armée

Les représentants des organisations juives ont été reçues par François Hollande, deux jours après la prise d'otages meurtrière dans un magasin casher de la porte de Vincennes, à Paris.

Article rédigé par franceinfo avec AFP et Reuters
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Les représentants des organisations juives de France, au palais de l'Elysée, à Paris, le 11 janvier 2015. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Ils veulent des actes face à ce qu'ils considèrent comme "une situation de guerre". Reçues par François Hollande à l'Elysée, dimanche 11 janvier, les représentants des organisations juives de France ont reçu l'assurance que toutes les écoles juives et synagogues seront protégées, "si nécessaire" par l'armée.

La "tristesse" et la "colère" des organisations juives

L'annonce a été faite par Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), à l'issue d'un entretien avec le président de la République. "Nous avons dit notre tristesse et notre colère", a-t-il expliqué, deux jours après une prise d'otages dans un magasin casher de la porte de Vincennes, à Paris, où quatre personnes sont mortes.

Le président du Crif a précisé que parmi les autres sujets évoqués à l'Elysée figuraient "les réseaux sociaux où des messages antisémites sont diffusés et pour lesquels il faudrait prendre des mesures qui relèvent du pénal""Nous avons évoqué aussi les bouquets (de télévision satellitaire) où des messages antisémites sont diffusés et la nécessité que l'on cesse de former dans nos prisons au jihadisme", a-t-il poursuivi. Selon lui, "des mesures seront annoncées dans les prochains jours".

Hollande en déplacement à la Grande synagogue

Par ailleurs, l'Elysée a confirmé un déplacement de François Hollande dimanche soir à la Grande synagogue de Paris, rue de la Victoire, à l'issue de la grande marche républicaine organisée dans la capitale à la mémoire des victimes des attentats des derniers jours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.