Cet article date de plus de six ans.

Incendie volontaire dans un journal allemand qui a publié des caricatures de "Charlie Hebdo"

Le journal de Hambourg avait publié des dessins du magazine satirique français.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les bâtiments du "Hamburger Morgenpost", à Hambourg (Allemagne), ont été visés par un incendie volontaire, dans la nuit du 10 au 11 janvier 2015. (GOOGLE STREET VIEW)

Un incendie criminel s'est déclaré dans l'immeuble du quotidien Hamburger Morgenpost, dans la nuit du samedi 10 au dimanche 11 janvier, sans faire de blessés, annonce la police allemande. Le quotidien de Hambourg (Allemagne) a publié des caricatures de Mahomet issues de Charlie Hebdo après l'attentat terroriste qui a visé la rédaction du magazine satirique français.

>>> De nombreuses marches républicaines prévues en France à la mémoire des victimes des attentats. Suivez notre direct.

"Des pierres puis un engin incendiaire ont été lancés à travers une fenêtre" du bâtiment, déclenchant un début d'incendie, précise un porte-parole de la police. "Deux pièces ont été endommagées mais le feu a été éteint rapidement." Deux suspects ont été interpellés dans les environs.

"Contre les caricatures ?"

Sur son site internet (en allemand), le Hamburger Morgenpost s'interroge sur les motivations du ou des pyromanes. Le quotidien se demande si l'incendie est une réaction "contre les caricatures" publiées par le journal après l'attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo"Autant de liberté doit être possible", avait titré le Hamburger Morgenpost, avec trois dessins du magazine satirique à sa une.

REUTERS

Le porte-parole de la police a estimé qu'il était "trop tôt" pour affirmer avec certitude que l'attaque contre le journal était liée à la publication de ces caricatures, mais il a confirmé que c'était "une question clef" que l'enquête allait essayer de déterminer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attentats de janvier 2015

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.