"Charlie Hebdo" : le renseignement américain doute de l'implication d'Al-Qaïda au Yémen

Dans un communiqué non authentifié, l'organisation revendique pourtant l'attaque contre le journal satirique.  

Capture d\'écran de la vidéo diffusée le 9 janvier 2015, dans laquelle Harith Al-Nadhari, une autorité au sein d\'Aqpa, menace la France.
Capture d'écran de la vidéo diffusée le 9 janvier 2015, dans laquelle Harith Al-Nadhari, une autorité au sein d'Aqpa, menace la France. (SITE)

Les frères Kouachi, tués dans l'assaut mené dans une imprimerie de Seine-et-Marne, vendredi 9 janvier, se sont revendiqués d'Al-Qaïda au Yémen, également connu sous le nom d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa). 

>> Au lendemain de la mort des terroristes, suivez les évènements en direct 

Dans une vidéo diffusée vendredi, Harith Al-Nadhari, une autorité au sein d'Aqpa, menace la France. "Vous ne serez pas en sécurité tant que vous combattrez Allah, son messager et les croyants", déclare-t-il, sans revendiquer les attaques. Mais comme l'indique sur Twitter le chercheur et consultant sur les questions islamistes Romain Caillet, un document semi-officiel d'Aqpa revendiquant explicitement l'attentat contre Charlie Hebdo circulait vendredi.

Des officiels du renseignement américain cités par le Washington Post (en anglais) affirment toutefois ne pas avoir trouvé d'éléments pour authentifier cette revendication. Selon eux, Aqpa, reléguée à l'arrière-plan cette année derrière l'organisation Etat islamique, saisirait tout simplement l'opportunité de s'associer à cette attaque. 

Le journal Charlie hebdo était toutefois dans la ligne de mire d'Aqpa depuis la publication des caricatures du prophète Mahomet, en 2006. Et figurait depuis l'année dernière dans la liste des cibles prioritaires du groupe publiée dans son organe de presse, Inspire.