Attaque de Villejuif : surveillance renforcée dans des commissariats après la libération de la compagne de l'assaillant

Dans une conversation téléphonique, la compagne du meurtrier de Villejuif aurait projeté "de se rendre dans un commissariat avec un couteau à la main afin de se faire tuer".

Des forces de l\'ordre à L\'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), ville où l\'assaillant à l\'arme blanche de Villejuif a été abattu par la police, le 3 janvier 2020.
Des forces de l'ordre à L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), ville où l'assaillant à l'arme blanche de Villejuif a été abattu par la police, le 3 janvier 2020. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

La surveillance a été renforcée à l'accueil des commissariats de Palaiseau et des Ulis (Essonne) après la libération, mercredi 8 janvier, de la compagne de l'assaillant de Villejuif (Val de Marne), selon une note que franceinfo a pu consulter. 


Marie M., la compagne de Nathan C., l'assaillant qui a commis, vendredi 3 janvier,un attentat à l'arme blanche faisant un mort et deux blessés avant d'être abattu par la police, avait été placée en garde à vue mardi pour "association de malfaiteurs à but terroriste".

Aucun trouble psychiatrique

Dans une conversation téléphonique, placée sur écoute, elle a prévenu une interlocutrice qu'elle avait "l'intention de se rendre dans un commissariat avec un couteau à la main afin de se faire tuer". Interpellée mardi à son domicile de Palaiseau, elle a confirmé ses propos avant d'être présentée à un psychiatre. Ce dernier n'ayant décelé "aucun trouble particulier", elle a été libérée.

En conséquence, les policiers des commissariats de Palaiseau et des Ulis sont appelés à la plus grande vigilance aux abords et dans l'enceinte des commissariats mais aussi lors des interventions policières "jusqu'à nouvel ordre".

Par ailleurs, les fonctionnaires assurant l'accueil des commissariats sont priés d'utiliser le détecteur de métaux sur toutes les personnes désirant pénétrer dans les lieux.