Cet article date de plus de deux ans.

Maine-et-Loire : Il avait crevé 300 pneus en une soirée, un homme écope de six mois de prison avec sursis

Le préjudice est estimé entre 35 000 et 50 000 euros selon un des avocats des victimes. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'homme a crevé plus de 300 pneus en une soirée dans les rues de Cholet (Maine-et-Loire).  (JOEL SAGET / AFP)

Il a évoqué un "pétage de plombs". Un homme de 27 ans a été condamné, mercredi 4 septembre, à six mois de prison avec sursis à Angers pour avoir crevé plus de 300 pneus de voiture, sans raison particulière selon lui, dans les rues de Cholet (Maine-et-Loire)

Père de famille, employé en CDI dans une importante entreprise de la ville, l'homme n'a pas su livrer la moindre explication à son "pétage de plombs", commis au petit matin, au retour d'une nuit passée en discothèque avec un ami le 17 février dernier. "C'était à la suite d'une soirée assez arrosée. J'étais dans un état second, j'ai agi seul", a t-il répété à l'audience devant une vingtaine de victimes, simple échantillon des quelque 218 victimes qui se sont portées parties civiles dans le dossier. Parmi elles, un témoin a raconté comment il avait vu le jeune homme, couteau de commando à la main, s'affairer d'un côté à l'autre de sa rue, pour percer systématiquement les pneus des véhicules stationnés.

Préjudice estimé entre 35 000 et 50 000

"Pour un préjudice global qu'on peut estimer entre 35 000 et 50 000 euros, faute de solvabilité, ce sont les assurances et la collectivité qui vont prendre le relais. Quelle satisfaction peut-il en tirer si ce n'est ruiner sa propre existence ?", s'est indigné Me Patrick Barret, l'avocat d'une des victimes. L'auteur, qui a reconnu son goût pour les armes, était aussi poursuivi pour détention non autorisée de matériel de guerre. Un chargeur de Famas et des cartouches à blanc ont été retrouvés à son domicile.

Les juges sont allés au delà des réquisitions du procureur, qui avait demandé trois mois d'emprisonnement avec sursis, et ont assorti leur décision d'une obligation de soins et d'une interdiction de détenir des armes pendant cinq ans. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.