Cet article date de plus de cinq ans.

Marseille : un enseignant juif soupçonné d'avoir inventé son agression au couteau

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Marseille : un enseignant juif soupçonné d'avoir inventé son agression au couteau
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Son témoignage, quelques jours après les attaques du 13 novembre, avait suscité beaucoup d'émotion. Aujourd'hui, Tzion Saadoun risque six mois de prison pour "dénonciation mensongère".

Le 19 novembre dernier, Tzion Saadoun se confiait aux médias sur la violente agression dont il disait avoir été victime à Marseille (Bouches-du-Rhône), quelques jours seulement après les attentats du 13 novembre. Exposant ses blessures, cet enseignant juif expliquait qu'il avait été attaqué par plusieurs hommes sur fond d'antisémitisme.

Mais après des mois d'enquête, la justice le soupçonne d'avoir tout inventé et de s'être auto-mutilé. En garde à vue hier, mercredi 24 février, il a maintenu sa version des faits. "Il exprime avec précision son agression dans les moindres détails et sans varier. Et ça, c'est très important", déclare à France 3 son avocate Karine Sabbah.

"Ne pas faire l'amalgame"

Cette affaire ne remet cependant pas en cause d'autres agressions antisémites. En janvier, dans la cité phocéenne, un autre enseignant juif avait été attaqué à la machette par un jeune homme interpellé dans la foulée. "Il ne faut pas faire l'amalgame de tout ça", prévient Fabrice Labi, avocat de Benjamin Amsellem, le professeur agressé. Tzion Saadoun sera lui jugé en avril prochain pour "dénonciation mensongère". Il encourt six mois de prison.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.