Cet article date de plus de cinq ans.

Mohamed Merah : l'État jugé responsable de la mort d'une de ses victimes

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Mohamed Merah : l'État jugé responsable de la mort d'une de ses victimes
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

L'État a été jugé partiellement responsable de la mort du caporal-chef Chennouf par le tribunal administratif de Nîmes.

Abel Chennouf avait 25 ans lorsqu'il a été tué par Mohamed Merah. Il est le deuxième militaire tué en mars 2012, dans la rue près de sa caserne, par le terroriste. Aujourd'hui, l'État est jugé partiellement responsable de sa mort, par le tribunal administratif de Nîmes. Quand il passe à l'acte, Mohamed Merah est connu des services de renseignement locaux.

"Défaut de surveillance"

En 2011, il a fait l'objet d'une surveillance intensive à son retour du Pakistan, mais les policiers n'ont trouvé aucun lien avec un réseau jihadiste, et la surveillance a été levée. Pour la justice, cela constitue une faute, un "défaut de surveillance (qui) a facilité son forfait et empêché la détection de tout signe annonciateur des intentions de l'individu". Le père d'Abel Chennouf se félicite de cette victoire.
La mère d'un autre soldat tué par Mohamed Merah a annoncé ce 12 juillet son intention de porter plainte à son tour contre l'État.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.