Affaire Merah : le soi-disant "3e homme" libéré de sa garde à vue

Cet homme, un gitan converti à l'islam, ami d'enfance du tueur toulousain, était en garde à vue depuis mardi.

Des véhicules de police arrivent au commissariat de Toulouse (Haute-Garonne), le 4 décembre 2012, avec deux personnes qui doivent être interrogées dans le cadre de l\'affaire Merah.
Des véhicules de police arrivent au commissariat de Toulouse (Haute-Garonne), le 4 décembre 2012, avec deux personnes qui doivent être interrogées dans le cadre de l'affaire Merah. (ERIC CABANIS / AFP)

AFFAIRE MERAH – Il était en garde à vue depuis mardi. Ce gitan converti à l'islam, interrogé dans l'enquête sur les complicités dont aurait bénéficié Mohamed Merah, a été libéré vendredi 7 décembre. Cet homme de 38 ans avait été interpellé tôt chez des parents à Albi (Tarn). Arrêtée simultanément à Toulouse (Haute-Garonne), son ex-compagne avait déjà été relâchée.

Les enquêteurs cherchent à savoir si Mohamed Merah, qui a tué sept personnes en mars à Toulouse et à Montauban, a bien agi seul, comme il l'avait affirmé aux policiers lors du siège de son appartement, en mars. En garde à vue, l'homme a nié tout lien avec les crimes perpétrés par le tueur au scooter, selon son avocat.

Pour l'instant, un des frères de Mohamed Merah, Abdelkader Merah, est le seul mis en examen dans ce dossier. Abdelghani Merah, le frère aîné, avait évoqué l'hypothèse du "troisième homme", possible complice du vol du scooter utilisé par le tueur. Il avait suggéré qu'il pourrait s'agir d'un gitan, voisin et ami de la famille, "converti au salafisme" par Abdelkader Merah.