Cet article date de plus de huit ans.

DSK réclame un million de dollars à Nafissatou Diallo

Un an après le début de l'affaire, l'ancien directeur du Fonds monétaire international accuse la femme de chambre new-yorkaise de fausses déclarations. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dominique Strauss-Kahn a déposé plainte contre Nafissatou Diallo pour fausses déclarations, révèle "New York Post", le 15 mai 2012.  (REUTERS )

Un an après l'explosion de l'affaire du Sofitel de New York, DSK veut sa revanche judiciaire. L'ex-directeur général du FMI a déposé plainte mardi 15 mai pour "poursuites calomnieuses", "abus de procédure", et "diffamation" contre Nafissatou Diallo.

Dans un document daté de lundi et publié mardi, qui s'inscrit dans la procédure civile en cours devant un tribunal du Bronx, Dominique Strauss-Kahn accuse la femme de chambre du Sofitel d'avoir "en toute connaissance de cause et intentionnellement, faussement affirmé qu'(il) l'avait agressée sexuellement" le 14 mai 2011.

DSK accuse la jeune femme d'avoir ainsi porté atteinte à sa réputation dans le monde. Il évoque aussi comme conséquence la perte "d'autres opportunités professionnelles". Il rappelle qu'il était au moment des faits "considéré par certains comme le prochain président français".

Un millions de dollars en guise de compensation 

Il affirme que la relation sexuelle entre DSK et Nafissatou Diallo au Sofitel était "mutuellement consentie", sans "violence ni contrainte", et précise que la femme de chambre n'a pas été blessée. La défense de Dominique Strauss-Kahn souligne que sur la base des accusations de Mme Diallo, son client a été arrêté, "soumis à une fouille dégradante et humiliante; photographié nu; et forcé de fournir des échantillons pour l'enquête" avant d'être "paradé, menotté, devant la presse internationale".

Ce nouveau développement a été à l'inverse qualifié de "stratagème désespéré" par Douglas Wigdor, avocat de la femme de chambre; qui a dénoncé la misogynie de DSK dans un communiqué. "C'est un coup de publicité, un nouvel effort de ses avocats pour éloigner l'attention de ce qui s'est vraiment passé, dans l'espoir de reconstruire son image publique", a-t-il également déclaré.

La procédure pénale a été abandonnée en août, le procureur ayant des doutes sur la crédibilité de Nafissatou Diallo. En revanche, la plainte déposée au civil par la femme de chambre est toujours entre les mains de la justice américaine depuis que le juge Douglas McKeon, du tribunal du Bronx, a refusé son classement, le 1er mai. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.