Condamné à mort en Indonésie, Serge Atlaoui abat sa dernière carte

L'épouse de ce Français condamné à la peine capitale en Indonésie est arrivée à Jakarta. Elle a déposé un ultime recours à la cour suprême. Le point avec France 2.

FRANCE 2

En 2005, Serge Atlaoui, artisan-soudeur originaire de Metz, est arrêté près de Jakarta, en Indonésie, dans un laboratoire produisant de l'ecstasy. Il nie être lié à un trafic de drogue, affirmant avoir seulement installé des machines sans savoir à quoi elles servaient.

Le ressortissant français est pourtant condamné à mort en 2007. Ses derniers appels face à la justice n'ont pas abouti. Joko Widodo, le président indonésien, a refusé d'accorder sa grâce en février dernier. Il est ferme sur la peine capitale : "Il ne doit y avoir aucune intervention étrangère à propos de la peine de mort. Nous sommes un pays souverain".

"Inconcevable que mon mari soit exécuté"

Ce 17 avril, Sabine, l'épouse de Serge (aujourd'hui âgé de 51 ans), est arrivée dans la capitale indonésienne. Elle a déposé un nouveau recours. Ce devrait être le dernier. "Il serait inconcevable que mon mari soit exécuté alors qu'il est innocent", a-t-elle déclaré face à la caméra de France 2.

Si la cour rejette ce recours, Serge Atlaoui pourrait être fusillé dans les prochains jours, en compagnie d'autres étrangers condamnés à mort.

Le JT
Les autres sujets du JT
Serge Atlaoui accorde une interview à l\'AFP le 25 septembre 2010 depuis la prison où il est détenu sur l\'île de Nusakambangan, dans le sud de Java, en Indonésie. 
Serge Atlaoui accorde une interview à l'AFP le 25 septembre 2010 depuis la prison où il est détenu sur l'île de Nusakambangan, dans le sud de Java, en Indonésie.  (BAY ISMOYO / AFP)