VIDEO. DSK : "J'aime que ce soit la fête"

Ce mardi 10 février, Dominique Strauss-Kahn livre sa version des faits dans le cadre du procès du Carlton. Le point avec France 2.

France 2

Ce mardi 10 février, l'ancien directeur du FMI était attendu au palais de justice de Lille (Nord) par des Femen, rapidement maitrisées. À la barre, Dominique Strauss-Kahn réfute immédiatement toute responsabilité dans la tenue de ces soirées. "Je ne m'estime en rien organisateur de ces soirées. Je n'avais pas le temps", a-t-il déclaré. Quant au fait qu'il s'agissait de prostituées et non de libertines, il affirme : "J'aime que ce soit la fête. J'ai toujours vécu ces moments-là comme une séance de récréation".

"Il ne pouvait pas le savoir"

À la fin de la journée, les avocats des co-prévenus exonèrent DSK : "A l'évidence, il ne pouvait pas le savoir, tant par le contexte général que par le positionnement et la présentation de Mme Legrain, qui s'est présentée comme restauratrice, qui était habillée tout à fait normalement, rien ne laissait penser que ça pouvait être une prostituée", affirme Me Corinne Dreyfus-Schmidt, avocate d'une co-prévenue. Mais pour les parties civiles, la thèse du simple libertinage est écartée. "Visiblement il n'y avait aucun consentement réciproque, aucun plaisir partagé. On ne peut pas déduire du tout que nous sommes dans du libertinage classique", estime David Lepidi, avocat des parties civiles. L'audition de DSK se poursuivra jusqu'à jeudi.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Dominique Strauss-Kahn à la barre du tribunal de Lille, lors du procès du Carlton, le 10 février 2015. 
Dominique Strauss-Kahn à la barre du tribunal de Lille, lors du procès du Carlton, le 10 février 2015.  (ELISABETH DE POURQUERY / FRANCETV INFO)